L'accord maritime turco-libyen sécurise les droits et les équilibres en Méditerranée orientale

- Un accord basé sur l'équité et la coopération, selon l'expert en droit international Hakan Karan

1739808
L'accord maritime turco-libyen sécurise les droits et les équilibres en Méditerranée orientale

 

L'accord maritime turco-libyen, signé en 2019, a garanti des droits et des équilibres en Méditerranée orientale, selon l’expression d’un expert en droit turc.

Hakan Karan, expert senior en droit international, à l'Université d'Ankara, a déclaré à l'Agence Anadolu que la délimitation des frontières maritimes et des zones économiques exclusives (ZEE) peut être assurée par un traité basé sur l'équité ou une décision de justice.

La coopération entre les États du littoral méditerranéen est une obligation judiciaire pour parvenir à un tel traité, a-t-il déclaré, ajoutant que la Grèce et l'administration chypriote grecque du sud de Chypre ont tenté d'exclure la Turquie, par le biais des politiques et des pratiques unilatérales.

Karan a affirmé que la Turquie, pour protéger ses intérêts, avait répondu à ces efforts en concluant un accord avec la Libye, qui était également isolée dans la région, pour la démarcation des frontières maritimes et de la ZEE.

Parvenir à un accord basé sur la coopération avec la Libye est une approche conforme à la loi, a-t-il ajouté.

Saluant l'accord, Karan a déclaré qu'il délimitait de manière permanente les frontières maritimes de la Turquie en Méditerranée orientale.

Il a toutefois averti que les revendications maritimes d'autres États littoraux peuvent empiéter sur les frontières maritimes de la Turquie et qu'il est donc essentiel de résoudre la question avec la participation de tous les États littoraux de la région.

Pour contribuer à l'instauration d'une paix, d'une stabilité et d'une sécurité durables en Libye et pour développer des relations dans tous les domaines possibles sur la base du bénéfice mutuel, la Turquie et la Libye ont signé le protocole d'accord sur la “Limitation de la juridiction maritime“ et la “Sécurité et coopération militaire“, le 27 novembre 2019.

Selon l’Institut d'études géologiques des États-Unis, a estimé que la région méditerranéenne recèlerait des millions de barils de pétrole et à des milliards de mètres cubes de gaz naturel, d'une valeur évaluée à des centaines de milliards de dollars.

La Turquie, qui a le plus long littoral continental de la Méditerranée orientale, a rejeté les revendications grecques concernant les frontières maritimes ainsi que celles de l'administration chypriote grecque, soulignant que les revendications excessives, violent les droits souverains de la Turquie et des Chypriotes turcs.

Les dirigeants turcs ont souligné à plusieurs reprises qu'Ankara était favorable à la résolution de tous les problèmes en suspens dans la région, incluant les différends maritimes, par la voie du droit international, du dialogue et des négociations basées sur les relations de bon voisinage.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET