Réaction d'Ankara au sommet tripartite

Suite au sommet tenu entre la Grèce, l’administration chypriote grecque et l’Egypte, la Turquie a déclaré que « les droits de la Turquie et des Chypriotes turcs en Méditerranée orientale continueront d'être protégés avec détermination »

1722174
Réaction d'Ankara au sommet tripartite

 

Suite au sommet tenu entre la Grèce, l’administration chypriote grecque et l’Egypte, la Turquie a déclaré que « les droits de la Turquie et des Chypriotes turcs en Méditerranée orientale continueront d'être protégés avec détermination ».

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé dans un communiqué que la déclaration publiée au terme du sommet trilatéral qui s'est tenu hier avec la participation des dirigeants de la Grèce, de l'Égypte et de l'administration chypriote grecque, est une nouvelle manifestation de la politique hostile du duo grec-chypriote grec envers la Turquie et la République turque de Chypre du Nord. L'inclusion de l'Egypte dans cette déclaration indique que le Caire n'a pas encore compris la véritable adresse où elle peut coopérer en Méditerranée orientale.

"Nous avons montré à nos amis comme à nos ennemis qu'aucune initiative en Méditerranée orientale ne peut être couronnée de succès sans la participation de la Turquie et de la République turque de Chypre du Nord" indique le texte. Il relève également que la Turquie soutient les projets énergétiques qui renforceront la coopération entre les pays de la région, mais ces projets ne devraient pas ignorer les droits et les intérêts de la Turquie et des Chypriotes turcs et devraient être inclusifs.

Contrairement à la déclaration du sommet tripartite, la déclaration d’Ankara indique que la principale source de tension dans la région sont les revendications frontalières maritimes maximalistes et illégales du duo grec-chypriote grec et le fait qu’ils ignorent les Chypriotes turcs.

 « Une entente qui nie les faits sur l'île ne peut pas contribuer à la résolution de la question chypriote. Nous voudrions rappeler une fois de plus qu'un nouveau processus de pourparlers ne sera pas possible tant que l'égalité souveraine et le statut international égal du peuple chypriote turc ne seront pas assurés.

Par ailleurs, le fait que ces pays, qui ont conduit à la déstabilisation de la Libye en soutenant certains groupes illégitimes, ciblent le protocole d'accord que nous avons maintenant signé avec le gouvernement légitime de la Libye, est en premier lieu irrespectueux envers les intérêts et la souveraineté de la Libye », indique le texte.



SUR LE MEME SUJET