Erdogan : "La communauté internationale ne peut pas se permettre de tourner le dos au peuple afghan"

Le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la communauté internationale ne peut pas se permettre de tourner le dos au peuple afghan et de laisser ce pays à son propre sort.

1718512
Erdogan : "La communauté internationale ne peut pas se permettre de tourner le dos au peuple afghan"

 

Le président de la République turque Recep Tayyip Erdogan a déclaré que la communauté internationale ne peut pas se permettre de tourner le dos au peuple afghan et de laisser ce pays à son propre sort.

Le chef d'État turc Erdogan a assisté au "Sommet extraordinaire des dirigeants du G20" sur l'Afghanistan par vidéoconférence depuis le palais Vahdettin à Istanbul.

Il a déclaré que nous sommes confrontés à une nouvelle réalité politique et géopolitique en Afghanistan, et qu'assurer la stabilité dans le pays le plus tôt possible est essentiel non seulement à l'échelle régionale mais aussi à l'échelle internationale.

« Nous devons orienter les talibans vers la mise en place d'un gouvernement inclusif", a-t-il insisté.

"La communauté internationale ne peut pas se permettre de tourner le dos au peuple afghan, laissant ce pays à son sort", a-t-il dit. 

Erdogan a souligné la nécessité de faire preuve d'une forte solidarité avec le peuple afghan en raison de l'aggravation de la crise humanitaire dans le pays.

Il a rappelé que le Croissant-Rouge turc a récemment fourni 33 tonnes d'aide alimentaire à ce pays.

"Nous continuerons à remplir notre devoir fraternel envers le peuple afghan en ces jours difficiles", a-t-il poursuivi.

Erdogan a précisé que les développements en Afghanistan augmentent le risque d'immigration.

" La Turquie ne peut pas gérer une nouvelle charge migratoire en provenance d'Afghanistan. Je suggère de créer un groupe de travail au sein du G20. En tant que République de Turquie, nous aspirons à la présidence de ce groupe", a-t-il assuré

Erdogan a noté qu'il serait inévitable que les pays européens soient affectés par la pression migratoire à laquelle la Turquie sera exposée depuis ses frontières sud et est.



SUR LE MEME SUJET