Erdogan: "Nous allons créer 110 mille places supplémentaires en cités universitaires"

"Nous allons proposer 110 mille lits supplémentaires en cités universitaires et ainsi définitivement régler le problème de l'hébergement étudiant"

1715148
Erdogan: "Nous allons créer 110 mille places supplémentaires en cités universitaires"

Le Président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé la création de 110 mille lits supplémentaires en cités universitaires pour mettre fin au problème d’hébergement des étudiants dans son pays.

Le Chef de l’État turc a pris la parole mardi lors de la cérémonie d’ouverture de l’année universitaire en Turquie.

Après avoir, en détails, énuméré les nombreuses réalisations de son gouvernement dans le domaine de l’enseignement supérieur, notamment l’ouverture de nombreuses nouvelles universités et facultés à travers tout le pays, Erdogan a voulu revenir sur les polémiques de ces dernières semaines autour du "nombre insuffisant de places en cités universitaires".

Depuis la rentrée scolaire, l’opposition turque mène une campagne affirmant que de très nombreux étudiants se retrouvent dans la rue faute de places en cités universités publiques.

Le Chef de l’État a de nouveau dénoncé des "mensonges" et "une manipulation de l’opinion publique".

"Avec plus d'un million de lits en cités universitaires, la Turquie est nettement en première position dans le monde en termes de capacité d'hébergement des étudiants", a-t-il d’abord rappelé.

Mais le gouvernement ne veut pas en rester là.

"Nous allons proposer 110 mille lits supplémentaires en cités universitaires et ainsi définitivement régler le problème de l'hébergement étudiant", a-t-il annoncé.

Ensuite, le Président turc a exprimé la volonté de l’État de ne pas interrompre les cours dans les universités cette année, alors que l’épidémie de Covid-19 continue de sévir.

"Nous sommes déterminés à ne pas interrompre les cours dans nos universités en prenant toutes les mesures nécessaires contre la pandémie de Covid-19", a-t-il déclaré.

Le gouvernement a la même posture concernant toutes les écoles du primaire au lycée.

Mais de préciser : "En fonction du nombre de cas, certaines classes peuvent être placées en quarantaine, mais pas les écoles".

Erdogan ne souhaite pas que des mesures de fermetures d’écoles soient prises à grande échelle, régionale ou nationale.

AA



SUR LE MEME SUJET