« On voit à quel point la communauté internationale est impuissante à gérer l'afflux de réfugiés »

Dans son discours, Erdogan a évoqué la nouvelle constitution, le terrorisme, l'économie, la politique étrangère, les questions régionales et internationales.

1713473
« On voit à quel point la communauté internationale est impuissante à gérer l'afflux de réfugiés »

« La qualité de la croissance que nous allons réaliser, sa stabilité, l'établissement d'une répartition équitable des revenus et la création de nouvelles opportunités d'emploi pour nos jeunes sont d'une importance cruciale pour nous » a déclaré le président Recep Tayyip Erdogan à la Grande Assemblée nationale de Turquie à l'occasion du début du 27e mandat de la 5e année législative.

Dans son discours, Erdogan a évoqué la nouvelle constitution, le terrorisme, l'économie, la politique étrangère, les questions régionales et internationales.

« Nous sommes heureux d'avoir récolté les fruits de nos investissements dans l'infrastructure sanitaire et les ressources humaines de notre pays durant une telle crise » a indiqué le président turc.

Il s’est exprimé par la suite sur le changement climatique, qui est un problème mondial.

« Notre décision de soumettre l'Accord de Paris sur le climat au Parlement est également la première bonne nouvelle de la Révolution du Développement Vert que nous avons initiée » a affirmé Erdogan.

Concernant la Syrie, il a estimé que l'on voit à quel point la communauté internationale est impuissante à gérer l'afflux de réfugiés.

« Alors que la Turquie à elle seule ouvrait les bras à 4 millions d'opprimés, d’autres pays ont paniqué face à quelques milliers de réfugiés, affichant des comportements inhumains. Les auteurs de cette attitude inhumaine violent également les résolutions des Nations Unies concernant les droits des réfugiés. On ne peut même compter le nombre de ceux qui ont perdu la vie sur le chemin de l'espoir. Or, même ces seuls problèmes auraient dû suffire à faire réagir les sociétés dotées de conscience, moralité et respect des personnes », a souligné le président turc.

 

 



SUR LE MEME SUJET