Akar: "Il peut y avoir une opération conjointe avec l'Irak contre l'organisation terroriste PKK"

Le ministre de la Défense nationale Hulusi Akar, a déclaré qu'il pourrait y avoir une opération conjointe avec l'Irak contre l'organisation terroriste séparatiste PKK.

1711608
Akar: "Il peut y avoir une opération conjointe avec l'Irak contre l'organisation terroriste PKK"

 

Le ministre de la Défense nationale Hulusi Akar, a déclaré qu'il pourrait y avoir une opération conjointe avec l'Irak contre l'organisation terroriste séparatiste PKK.

« Nous discutons avec le ministre irakien de la Défense, y compris sur la création d'un centre commun », a-t-il déclaré.

Hulusi Akar a répondu aux questions des journalistes à l'issue du Conseil des ministres d'hier.

M. Akar a indiqué que la Turquie respecte la sécurité des frontières et les droits de souveraineté de tous ses voisins, en particulier l'Irak et la Syrie.

En réponse à une question demandant s’il « y a-t-il une possibilité de mener une opération contre l'organisation terroriste avec l'Irak et s’il y a des discussions à ce sujet », le ministre turc de la Défense a répondu : « Il y a une communication. Nous discutons avec le ministre (irakien) de la Défense, nos amis rencontrent leurs homologues sur le terrain ».

« Nous avons clairement déclaré que les terroristes qui nichent en Irak sont un fléau pour notre nation, et que nous, en tant qu'État, sommes déterminés à sauver notre nation de ce fléau et que notre seule cible est les terroristes. Nous discutons de ce que nous pouvons faire ensemble, y compris la création d'un centre commun », a-t-il expliqué.

Au sujet de l'augmentation récente des frappes aériennes dans le nord de la Syrie, Akar a déclaré : « Ils (les Russes) disent qu'ils ont mené ces attaques contre des groupes terroristes là-bas. Mais il n'y a pas de terroristes parmi ceux qui ont été tués ou qui se sont échappés à la suite de ces attaques. Nous essayons d'expliquer cela depuis des mois. Nous respectons les principes dans le cadre de l'accord avec la Russie. Nous avons fait tout ce qu’il faut à cet égard, et nous nous efforçons de le faire. Nous attendons de l'autre partie qu'elle assume ses responsabilités découlant de l'accord ».



SUR LE MEME SUJET