Oktay a souligné que la ville fermée de Maras est le territoire de la RTCN

Le vice-président Fuat Oktay a déclaré que l'Union européenne (UE) était du côté de l'impasse en approuvant l'adhésion de la communauté chypriote grecque qui a dit "non à une solution" sur l'île.

1682183
Oktay a souligné que la ville fermée de Maras est le territoire de la RTCN

 

Le vice-président Fuat Oktay a déclaré que l'Union européenne (UE) était du côté de l'impasse en approuvant l'adhésion de la communauté chypriote grecque qui a dit "non à une solution" sur l'île.

Dans sa déclaration à l'agence Anadolu, Oktay a souligné que la ville fermée de Maras est le territoire de la République turque de Chypre du Nord (RTCN) et son ouverture progressive apportera des contributions importantes à la région ainsi qu'à tout le monde sur l'île.

"Cependant, l'UE a malheureusement tourné le dos aux faits et au bien commun dans la question de Maras, comme elle l'a fait à la solution à deux Etats souverains", a-t-il assuré. 

"Nous n'avons jamais entendu l'Union européenne exprimer sa profonde préoccupation face aux drames et crises humanitaires en Méditerranée et en mer Égée, ou dire "jamais" à l'escalade du racisme et de l'islamophobie dans toute l'Europe. Cependant, lorsqu'il s'agit de l'égalité des droits, de l'équité et de la souveraineté du peuple chypriote turc, elle peut parler de manière très imprudente et insensible. Les Chypriotes grecs et la Grèce ont été récompensés à chaque fois, malgré leur reniement de toutes les promesses qu'ils ont faites, évitant la table des négociations, violant les accords et ignorant la société turque, et les Chypriotes turcs en ont payé le prix. Ni les inquiétudes profondes ni les menaces cachées n'empêcheront la Turquie d'être du côté des Chypriotes turcs. Tout le monde doit savoir qu'il n'y a désormais pas de retour en arrière. Nous continuerons à soutenir avec détermination la RTCN, l'ouverture de Maras et une solution à deux États sans faire marche arrière", a ajouté Oktay.

Oktay a souligné que la déclaration faite par le Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) au sujet de la deuxième phase de l'ouverture de Maras était une déception totale et qu'il était évident que la communauté internationale était prise en otage par la Grèce et la partie chypriote grecque.

"Nous rejetons complètement les déclarations incompatibles avec les faits concernant l'île et basées sur des allégations infondées, non seulement celles du Conseil de sécurité de l'ONU, mais aussi la position de certains pays qui ont exprimé une opinion sur la question. Je tiens à souligner à nouveau que toutes les décisions prises par la RTCN dans le cadre du processus d'ouverture de Maras s'inscrivent dans le cadre du respect des droits de propriété et sont en pleine conformité avec le droit international. ", a-t-il conclu.

 



SUR LE MEME SUJET