Çavuşoğlu a transmis à son homologue tunisien Jerandi le soutien de la Turquie au peuple tunisien

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a transmis au ministre tunisien des Affaires étrangères Othman Jerandii le soutien de la Turquie au peuple tunisien.

1681197
Çavuşoğlu a transmis à son homologue tunisien Jerandi le soutien de la Turquie au peuple tunisien

Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu a transmis au ministre tunisien des Affaires étrangères Othman Jerandi le soutien de la Turquie au peuple tunisien.

Selon les informations obtenues par le ministère turc, Çavuşoğlu a effectué un entretien téléphonique avec le ministre tunisien des Affaires étrangères Othman Jerandi.

Au cours de la réunion, Çavuşoğlu a souligné l'importance que la Turquie attache à la stabilité et à la paix de la Tunisie et son soutien au peuple tunisien.

En Tunisie, le 25 juillet, des manifestations de protestation ont été organisées avec la participation de centaines de personnes contre le gouvernement et les partis d'opposition. Des attaques ont été organisées contre des centres de partis, notamment le Mouvement Ennahda.

Suite aux événements, le président tunisien Kaïs Saïed a annoncé qu'ils avait gelé tous les pouvoirs du Parlement, suspendu l'immunité des députés, démis l'actuel Premier ministre, Hisham al-Méchichi, de ses fonctions et qu'il prendrait le relais de l'exécutif avec un premier ministre qu'il nommerait.

Saïed est également intervenu dans le domaine judiciaire en se déclarant procureur général.

Après cette tentative de coup d'État contre le gouvernement, les soldats n'ont pas permis au président du Parlement tunisien et leader du mouvement Ennahda Rashid al-Gannouchi et ses députés d'accéder au Parlement.

Ghannouchi a appelé le peuple à lutter pacifiquement contre les décisions du président Kaïs Saïed et a souligné que cette démarche, qui n'avait aucune base légale, et était un « coup d'État ».

Kaïs Saïed, quant à lui, a déclaré qu'il assumait une responsabilité historique et que les décisions qu'il prenait étaient conformes à la constitution.



SUR LE MEME SUJET