Sentop : "Les événements en Tunisie sont inquiétants"

Mustafa Sentop, président de la Grande Assemblée Nationale de Turquie (TBMM), a déclaré que les résolutions empêchant le parlement élu et les députés de siéger en Tunisie sont un coup d'État contre l'ordre constitutionnel.

1680276
Sentop : "Les événements en Tunisie sont inquiétants"
ibrahim kalin.jpg
omer celik.jpg
numan kurtulmus.jpg

 

Mustafa Sentop, président de la Grande Assemblée Nationale de Turquie (TBMM), a déclaré que les résolutions empêchant le parlement élu et les députés de siéger en Tunisie sont un coup d'État contre l'ordre constitutionnel.

Mustafa Sentop s'est exprimé sur son compte Twitter concernant la décision du président tunisien Kaïs Saïed de geler les travaux de l'Assemblée et de limoger le Premier ministre.

“Les événements en Tunisie sont inquiétants; les décisions qui empêchent le parlement élu et les députés de siéger sont un coup d'État contre l'ordre constitutionnel. Le coup d'État militaire/bureaucratique est illégal partout ; il est également illégal en Tunisie. Le peuple tunisien se lèvera pour l'ordre constitutionnel et la justice”, a affirmé Sentop dans son message,.

Le porte-parole de la présidence turque Ibrahim Kalin a également fait une déclaration sur son compte dans les réseaux sociaux.

"En Tunisie pays ami et frère, nous rejetons la suspension du processus démocratique et la méconnaissance de la volonté démocratique du peuple. Nous condamnons les initiatives qui manquent de légitimité constitutionnelle et de soutien populaire. Nous pensons que la démocratie tunisienne sortira plus forte de ce processus", a-t-il souligné.

Le vice-président du Parti de la justice et du développement (AK Parti), Numan Kurtulmus, a également fait une déclaration aux journalistes en Azerbaïdjan. Il a précisé qu'ils, en tant que Turquie, sont contre les coups d'État.

"Nous voyons que le coup d'État en Tunisie va nuire au peuple tunisien. En tant que Turquie, nous sommes contre cette activité antidémocratique jusqu'au bout.”

Le porte-parole de l’AK Parti, Omer Celik s’est aussi exprimé sur son compte dans les réseaux sociaux.

Il a décrit les événements en Tunisie comme "un coup porté à la légitimité politique”.

"Nous continuerons à soutenir la démocratie tunisienne” a-t-il assuré.



SUR LE MEME SUJET