"Nous ne jetterons pas dans les bras des meurtriers des personnes qui se sont réfugiées chez nous"

« Tant que nous serons au pouvoir dans ce pays, nous ne jetterons pas dans les bras des meurtriers des personnes qui se sont réfugiées chez nous», a déclaré le président de la République, Recep Tayyip Erdogan

1678432
"Nous ne jetterons pas dans les bras des meurtriers des personnes qui se sont réfugiées chez nous"

 

« Tant que nous serons au pouvoir dans ce pays, nous ne jetterons pas dans les bras des meurtriers des personnes qui se sont réfugiées chez nous», a déclaré le président de la République, Recep Tayyip Erdogan.

Le président turc a répondu aux questions des journalistes au terme de sa visite en République turque de Chypre du Nord.

Il a indiqué qu'ils ont vu les tentes où vivent les Syriens et ont décidé de construire des maisons en briques. Il a ajouté que l’objectif est de construire 100 000 maisons en briques dans un premier temps et qu'environ 50 000 maisons ont déjà été construites.

Il a noté qu'ils voulaient y installer certains des réfugiés et qu'il s'agissait d'une approche humanitaire, morale et islamique.

Déclarant qu'il est temps que les négociations sur Chypre soient menées entre deux Etats, le président Erdogan a noté qu’un processus de pourparlers engagé sans avoir garanti les droits acquis des Chypriotes turcs, sera voué à l'échec.

Pour le chef de l'Etat, il est temps que les négociations soient menées entre deux États, et non entre deux communautés.

"Nous sommes déterminés à ne pas laisser des tiers s'interférer", a-t-il précisé.

Ce dernier a notamment rappelé qu'il n'est pas possible pour le sud de Chypre d'entrer dans l'OTAN sans l'aval de la Turquie.

Erdogan a également dénoncé fermement la rencontre du président français Emmanuel Macron avec les représentants de l’YPG, la branche syrienne de l'organisation terroriste et séparatiste PKK.

« Macron souhaite que l’on ait une bonne entente ; Il dit que nous ne devrions pas s’en prendre l’un à l’autre. Mais quelques jours passent ; et ils avancent main dans la main avec les branches du PKK, de l’YPG. De plus, ils font déjà partie des forces de la coalition avec les Etats-Unis, et ils en profitent pour s’infiltrer notamment de l’Irak en Syrie. Ils apportent un soutien conséquent aux terroristes sur place en se rendant en Syrie », a-t-il dit.

 



SUR LE MEME SUJET