Erdogan/15 juillet: "Nous n'allons pas oublier la trahison envers notre pays et notre peuple"

« À chaque fois que nos citoyens se souviendront de cette trahison sans précédent, ils s'accrocheront plus solidement à notre indépendance et à notre avenir » a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan

1676343
Erdogan/15 juillet: "Nous n'allons pas oublier la trahison envers notre pays et notre peuple"

 

 « À chaque fois que nos citoyens se souviendront de cette trahison sans précédent, ils s'accrocheront plus solidement à notre indépendance et à notre avenir »

S'adressant à la nation à l'occasion du cinquième anniversaire de la tentative de coup d'État du 15 juillet, le président Erdoğan a déclaré : « Cette tentative de coup d'État, qui a commencé dans la soirée du vendredi 15 juillet 2016 et qui s'est terminée le lendemain sous les pieds de notre nation, a pris sa place dans notre histoire à titre d'exemple. À chaque fois que nos citoyens se souviendront de cette trahison sans précédent tout au long des générations, ils s’accrocheront plus solidement à notre indépendance et à notre avenir ».

Le président Recep Tayyip Erdoğan a prononcé un discours à la nation depuis le complexe présidentiel dans le cadre des programmes de commémoration de la Journée de la démocratie et de l'unité nationale du 15 juillet.

Dans son discours à la nation, qui a été diffusé en direct, le président Erdoğan a déclaré : « Mon cher peuple, je vous salue du fond du cœur et avec amitié. Aujourd'hui est le cinquième anniversaire de l'attaque la plus vile et de l'une des résistances les plus glorieuses de notre État et de notre nation. Je voudrais commencer mon discours en souhaitant la miséricorde de Dieu à nos 251 martyrs tombés à terre de façon « aussi glorieuse que les lions de Bedr », comme s'ils entraient dans une roseraie au cours de leur lutte cette nuit-là.

Nos martyrs, dont chacun a une histoire différente, ont donné la leçon qu'ils méritent à ceux qui préparaient le linceul de ce peuple, par leur héroïsme aussi grand qu’on ne pourrait placer « dans l'histoire ». Nous nous efforçons de faire preuve de notre loyauté envers nos martyrs, qui ont atteint le plus haut rang devant Dieu et qui est le rang le plus honorable après la prophétie, en protégeant ce qu'ils nous ont confiés.

« NOUS N’ALLONS JAMAIS OUBLIER LA TRAHISON ENVERS NOTRE PAYS ET NOTRE PEUPLE »

 

Je voudrais aussi exprimer ma profonde gratitude à nos frères et sœurs, aux hommes et aux femmes, aux jeunes et aux vieux, aux étudiants et enseignants, aux employeurs et ouvriers, aux fonctionnaires et commerçants, bref, aux gens de tout âge, toute profession et condition sociale qui ont été honorés du statut de vétéran dans leur lutte, « en barrant la route des putschistes, en repoussant cette attaque immorale en se déversant dans les rues, en faisant de leurs corps des boucliers et en renonçant à leurs mères, à leurs bien-aimés, à leurs enfants et à leurs vies. »

Que l'amour de l'indépendance de notre nation qui adore Dieu, notre drapeau qui flotte librement et nos appels à la prière qui retentiront sur notre pays pour toujours, soient témoins ; Nous n'oublierons jamais la trahison faite à notre pays et à notre nation. Nous avons demandé, et continuerons de demander, à tous les traîtres que nous avons attrapés et identifiés, des comptes pour cette lâcheté. Dans l’au-delà, nous ne lâcherons également pas les compagnons du diable et nous n’arrêterons pas de les poursuivre le jour du jugement dernier.

Mon cher peuple, cette tentative de coup d'État, qui a commencé dans la soirée du vendredi 15 juillet 2016 et qui s'est terminée le lendemain sous les pieds de notre nation, a pris sa place dans notre histoire à titre d'exemple. À chaque fois que nos citoyens se souviendront de cette trahison sans précédent tout au long des générations, ils s’accrocheront plus solidement à notre indépendance et à notre avenir.

Bien sûr notre pays a été exposé à de nombreux coups d'État, tentatives de coup d'État et attentats terroristes tout au long de l'histoire de la République. Mais ce qui s'est passé cette nuit-là nous a montré comment ces traîtres, qui ont pointé des armes sur leur propre État, leur propre peuple et ont versé le sang d'innocents, peuvent devenir les créatures les plus misérables du monde.

En effet, l'un des éléments qui font que des nations soient des nations, ce sont ces victoires dans leur histoire qui sont marquées par les douleurs, les âmes et le sang. Nous savons que notre patrie millénaire n'est pas une roseraie sans épines, et nous passons presque chaque jour à lutter. Nous payons le prix de garder et de faire de ces terres une patrie depuis mille ans. Or c’est une région qui est la préférée de chaque pays et société du monde. C'est un fait que lorsque nous voyons ce qui s'est passé dans les régions proches au cours des deux derniers siècles, nous obtenons notre récompense en sauvant notre unité, notre solidarité, notre fraternité, notre État et notre avenir.

« ILS NE COMPRENNENT PAS QUE NOUS DÉFENDONS UNE GRANDE CIVILISATION ET UN GRAND HÉRITAGE HISTORIQUE »

 

Les attaques que nous avons subies sous différentes apparences au cours des huit dernières années indiquent que notre lutte pour protéger notre patrie va se poursuivre. L’objectif des scénarios mis en circulation à travers des organisations terroristes sous divers déguisements, du PKK à DAESH et FETO est de ; mettre notre pays à genoux, faire prisonnier notre peuple, piller nos terres. Le deux poids deux mesures contre la Turquie sur chaque plate-forme internationale où nous sommes est une autre dimension du même scénario.

Ceux qui viennent de milliers, de dizaines de milliers de kilomètres plus loin sous prétexte de lutter contre le terrorisme ; Ceux qui versent du sang et des larmes dans notre cœur, ceux qui assombrissent l'avenir de millions de personnes, sont furieux de ne pas pouvoir partager la Turquie en lui imposant le même sort. Ceux qui pensent utiliser notre pays comme un bouclier pour leur propre sécurité et leur confort, ne comprennent pas et n’arrivent pas à comprendre que nous protégeons en fait une grande civilisation et un patrimoine historique. Nos efforts et nos sacrifices pour assurer la paix, la tranquillité, la stabilité et la sécurité dans notre région sont essentiellement les signes d'un éveil qui se renforce pour la construction d'une Turquie grande et puissante.

Ceux qui ont essayé de créer des troubles sociaux avec les événements de Gezi n’ont pu voir qu'ils ont consolidé notre unité et notre solidarité. Ceux qui voulaient s'emparer de notre État en détruisant la volonté de la nation par des tentatives de coup d'État n'ont pas réalisé qu'ils plaçaient le dernier maillon d’une tradition de milliers d'années. Ceux qui menaçaient nos terres en utilisant des organisations terroristes n’ont pas compris qu'ils renforçaient en effet notre fraternité par ce qu'ils faisaient.

« ILS NE POURRONT EMPÊCHER LA CONSTRUCTION D’UNE TURQUIE FORTE ET PUISSANTE »

 

Ceux qui ont essayé de séparer notre pays des régions avec lesquelles il entretient des relations historiques et culturelles profondes, de l'est à l’ouest, du nord au sud, dans toutes les sens, ne se sont pas rendu compte qu'ils contribuaient à l’instauration de liens d'amour beaucoup plus forts. Ceux qui considèrent nos demandes de droits et de justice, que nous n'avons exprimées uniquement au nom de toute l'humanité, comme une hypocrisie politique comme la leur, n'ont pas compris le secret du fait que soyons devenu la voix, le souffle et l'espoir des opprimés. Tout comme ils ne peuvent pas comprendre comment notre nation a arrêté les véhicules de guerre les plus modernes du monde à mains nues dans la nuit du 15 juillet, ils ne peuvent pas comprendre la raison de la position de notre pays sur d'autres questions.

Cependant, ce que nous voulons pour nous-mêmes, nous le voulons aussi pour toute notre géographie, pour tous nos amis, pour toute l'humanité. Comme nous le faisons sincèrement et non pas pour cacher d’autres intentions, nous sommes acceptés et aimés partout où nous allons. Nous l'avons fait hier en Syrie, nous l'avons fait en Libye, nous l'avons fait au Karabakh. Demain, je l'espère, nous serons aux côtés de nos frères en Afghanistan et ailleurs avec la même sincérité et la même équité.

Le 15 juillet n'est pas seulement le symbole de la protection de notre propre indépendance et de notre avenir dans notre pays, mais aussi de cette grande vision. Bien sûr, comme tout autre problème, c’est valable pour les yeux qui veulent voir, les oreilles qui veulent entendre, les langues qui veulent parler, les esprits qui veulent comprendre, les cœurs qui veulent battre de joie et qui veulent se remplir d'espoir.

Dieu merci, notre nation nous comprend, nous montre la direction et marche avec nous. C'est pourquoi nous disons à ceux qui tentent d’emprisonner notre pays : « La Turquie est infranchissable », comme il y a un siècle. C'est pourquoi nous disons « vous ne réussirez pas » aux personnes ambitieuses qui nourrissent des intentions sournoises contre notre nation. Ils n'ont pas réussi hier, ils n'ont pas réussi aujourd'hui, j'espère qu'ils ne réussiront pas demain, ils ne pourront pas empêcher la construction d'une grande et puissante Turquie.

« NOTRE COMPAGNON EST NOTRE PEUPLE »

 

Peu importe qui marche avec qui. Notre compagnon est notre nation. Nos compagnons sont tous nos martyrs, de Malazgirt à la conquête d'Istanbul, de Çanakkale à la guerre d'indépendance, du débarquement de Chypre au 15 juillet. Nos compagnons sont nos vétérans, dont la détermination de chacun à se battre est aussi grande que le monde. Nos compagnons sont les prières de nos grands-pères à barbe blanche et de nos grands-mères aux foulards blancs. Notre compagnon est l'espoir des opprimés du monde entier qui ont le cœur et les yeux fixés sur nous. Nos compagnons sont nos jeunes, nos enfants, dont le cœur est plein d'excitation, plein de projets, et qui se sont tournés vers 2053 pour eux-mêmes et leur pays. Le reste n’a aucune importance.

Vous savez, Archimède dit : « Donnez-moi un levier et je ferai bouger le monde ». Nous disons qu'avec cette grande nation, nous déplacerons le monde, dominerons le monde et ferons entendre nos voix dans l'univers. Que Dieu nous aide.

Nous demandons à Dieu de ne plus nous faire vivre des trahisons comme le 15 juillet. Nous demandons à Dieu de protéger notre pays et notre nation. Nous demandons à Dieu de rendre facile chacun de nos travaux et faire en sorte que chaque effort atteigne son but.  

Avant de terminer mon discours, je vous félicite par avance pour l'Aïd al-Adha que nous allons célébrer mardi. Je demande à Dieu d’apporter la prospérité à notre nation, aux musulmans et à toute l'humanité pour ces jours bénis. Je présente mon amour et mon respect à chacun de vous.



SUR LE MEME SUJET