Le président Erdogan participe au Forum Tchinguiz Aïtmatov Issyk-Gol avec son homologue kirghize

« Nous pourrons envisager notre avenir avec confiance dans la mesure où nous pourrons sauver notre géographie des esclaves irréfléchis » a déclaré le président Recep Tayyip Erdogan.

1655582
Le président Erdogan participe au Forum Tchinguiz Aïtmatov Issyk-Gol avec son homologue kirghize

 

« Nous pourrons envisager notre avenir avec confiance dans la mesure où nous pourrons sauver notre géographie des esclaves irréfléchis » a déclaré le président Recep Tayyip Erdogan.

Le président Erdogan et le président de la République kirghize Sadir Japarov ont assisté au programme de clôture du 4e Forum international Tchinguiz Aïtmatov Issyk-Gol qui s'est tenu au Centre des congrès et de culture Millet de Beştepe.

Dans son discours, M. Erdogan a déclaré qu'il existe deux joyaux uniques que les Kirghizes, dont les racines remontent à l'Antiquité, ont apporté à la littérature mondiale.

« Le premier est l'épopée de Manas, qui a la particularité d'être le texte le plus long au monde dans son domaine, et le héros de l'épopée, Manas. Le deuxième joyau est Tchinguiz Aïtmatov. Le défunt Aïtmatov qui a pris sa place parmi les éléments les plus importants de la littérature mondiale avec ses œuvres, est devenu l'actuel héros national du peuple kirghize avec ses autres services. /.../ Nous considérons Aïtmatov comme notre valeur commune pour le monde entier et bien sûr pour nous d'abord » a-t-il relevé.

L’esclavage irréfléchi est l'un des concepts les plus remarquables qu'Aytmatov, un intellectuel polyvalent, un homme de lettres et de diplomatie, a apporté à la fois à la littérature mondiale et à l'histoire politique, a indiqué M. Erdogan.

« Mankurt (esclavage irréfléchi) qui signifie aliénation et même hostilité envers les siens, la famille, la société, la nation, l'histoire, la culture, bref, envers tout ce qu'il avait et à quoi il appartenait auparavant, signifie en réalité l'esclavage. Nous utilisons également le terme de "mankurt" qu'il a utilisé dans son roman inoubliable ‘Une journée plus longue qu’un siècle’ et l'histoire qu'il raconte pour expliquer ce terme, en lui souhaitant à chaque fois la miséricorde divine. Nous pensons que nous pouvons tous envisager notre avenir avec confiance et nous approcher rapidement de nos objectifs, dans la mesure où nous pourrons sauver notre géographie des esclaves irréfléchis (mankurt) » a poursuivi le président Recep Tayyip Erdogan.



SUR LE MEME SUJET