Ankara: "Le silence du Conseil de sécurité de l’ONU face aux attaques israéliennes est inacceptable"

Sinirlioglu a condamné l’agressivité d’Israël et les raids aériens

1640673
Ankara: "Le silence du Conseil de sécurité de l’ONU face aux attaques israéliennes est inacceptable"

Le représentant permanent de la Turquie auprès des Nations Unies Feridun Sinirlioglu a jugé inacceptable le silence du Conseil de sécurité de l’ONU face aux attaques israéliennes contre la Palestine.

La Turquie a présenté une déclaration écrite à la session du Conseil de sécurité de l’ONU portant sur les raids aériens israéliens contre Gaza et la tension qui grimpe entre Israël et la Palestine.

Dans cette déclaration, Sinirlioglu a condamné l’agressivité d’Israël et les raids aériens, tout en présentant ses condoléances au peuple palestinien suite à la mort de nombreux innocents dont des bébés et enfants.

Accusant le gouvernement israélien dirigé par le Premier ministre Benjamin Netanyahu concernant les derniers développements, le représentant turc a rappelé qu’Israël a tenté d’expulser les Palestiniens de leurs propres maisons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est lors du mois sacré du ramadan et qu’une attaque a été menée contre les Palestiniens qui priaient à la mosquée al-Aqsa.

Condamnant également les attaques israéliennes contre les écoles de l’UNRWA à Gaza, Sinirlioglu a indiqué que les attaques contre les écoles constituent un crime de guerre.

Il a appelé Israël à autoriser l’accès aux aides humanitaires à des milliers de Palestiniens déplacés à Gaza.

« Ce conseil ne peut continuer de fuir ses responsabilités vis-à-vis du peuple palestinien », a-t-il souligné.

Le président de la Grande Assemblée nationale de Turquie Mustafa Sentop a relevé pour sa part que l’appel des Nations Unies à mettre fin aux conflits et à reprendre les pourparlers pour une solution à deux Etats est une démarche positive mais « insuffisante ». « L’ONU doit aborder d’urgence les massacres d’Israël contre les civils, son terrorisme d’Etat et ses crimes contre l’humanité », a-t-il ajouté.

 

 



SUR LE MEME SUJET