Le président Erdogan s'entretient au téléphone avec le président du Conseil européen, Michel

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu par téléphone avec le chef du Conseil européen, Charles Michel.

1546401
Le président Erdogan s'entretient au téléphone avec le président du Conseil européen, Michel

 

Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'est entretenu par téléphone avec le chef du Conseil européen, Charles Michel.

La déclaration de l’Office de la communication de Turquie indique que Charles Michel a appelé Erdogan pour l’informer et échanger sur le récent sommet de l’UE.

Au cours de leur conversation, M. Erdogan a déclaré que la Turquie évaluait chaque étape positive dans les relations Turquie-UE comme « une nouvelle fenêtre d'opportunité ».

Soulignant que certains pays déploient systématiquement des efforts pour provoquer une crise alors que la Turquie tente d’ouvrir une nouvelle page avec l'UE, M. Erdogan a déclaré que les relations UE-Turquie doivent se libérer de ce cercle vicieux dès que possible.

La Turquie a réitéré sa disponibilité pour des discussions exploratoires avec la Grèce, a déclaré le président turc, ajoutant que la partie grecque évite constamment les négociations en trouvant des excuses et adopte des mesures provocatrices depuis plusieurs semaines.

Soulignant que la politique de la Turquie pour la Méditerranée orientale est basée sur l’équité et la justice, le président turc a déclaré que la partie turque déploie toujours les efforts nécessaires pour une solution juste, permanente et durable dans la région.

Le président Erdogan a aussi indiqué que c’est encore la Turquie qui expose une attitude constructive et de bon sens au sujet de la Méditerranée orientale, rappelant que la proposition sur la tenue d’une conférence internationale à ce sujet est toujours valable.

Précisant qu'il est important que cette conférence n'exclue personne, y compris la RTCN (République Turque de Chypre du Nord), M. Erdogan a souligné que c'est toujours la partie turque qui a mis en avant l'effort nécessaire pour une solution juste, permanente et durable sur l'île de Chypre.

Le président Erdogan a fait savoir que les domaines considérés comme problématiques par l’UE, comme la Libye, la Syrie ou le Haut-Karabakh, ne concernent pas l’essence des relations Turquie-UE, ajoutant que les principes et objectifs fondamentaux des parties dans ces questions sont en grande partie en harmonie.

M. Erdogan a noté que pour arriver à un agenda positif, le Consensus (migratoire) du 18 mars (2016) est l’outil qui puisse être utilisé dans une première étape pour obtenir un résultat, espérant que l’UE adopte une attitude constructive et de bon sens vis-à-vis de la Turquie.



SUR LE MEME SUJET