Kalin déclare que la menace des sanctions de l'UE est "décevante"

Le porte-parole de la présidence turque Ibrahim Kalin a déclaré que c’est une déception de voir un langage qui prévoit des sanctions contre la Turquie dans l’ébauche de la déclaration du sommet de l’Union européenne.

1542685
Kalin déclare que la menace des sanctions de l'UE est "décevante"

 

Le porte-parole de la présidence turque Ibrahim Kalin a déclaré mercredi que le projet de déclaration du sommet de l'UE sur les sanctions potentielles contre la Turquie est "décevant" .

Ibrahim Kalin, a participé à la table ronde intitulée «La politique étrangère de la Turquie» qui a été organisée via Internet par l’institut de réflexion German Marshall Fund, basé à Washington DC.

Kalin a déclaré qu'il avait examiné le document et espéré que les dirigeants de l'UE "éviteraient ce langage de sanctions et de menaces contre la Turquie, car les sanctions ne servirons jamais à quoi que ce soit".

Kalin a souligné que l'ordre international avait commencé à changer, en particulier après l'épidémie du Covid-19, mais que la Turquie faisait toujours partie de l'alliance occidentale.

“Le fait que nous fassions toujours partie de l'OTAN, que nous soyons un membre à part entière de l'UE et que nous voulions rester un partenaire et un allié fort de l'alliance occidentale ne signifie pas que nous n'aurons pas de bonnes relations avec les pays du Moyen-Orient ou la Russie”, a-t-il affirmé.

Kalin a rappelé les démarches que la Turquie mène dans la lutte contre le terrorisme ainsi que sa politique étrangère qui met la dignité et la vie de l’homme au coeur de ses priorités.

"J'ai lu l'ébauche de la déclaration sur le sommet de l'UE concernant la Turquie. Voir un langage qui pourrait être considéré comme des sanctions contre la Turquie est 'décevant'. J'espère que les dirigeants européens et de l’UE éviteront cela. Le langage de sanctions et de menaces contre la Turquie n’ont jamais servi à quoi que ce soit”, a précisé Kalin après qu’on lui ait rappelé que des sanctions seraient à l’agenda du sommet de l’UE.

Il a souligné que ce type de menace et de langage de sanctions est toujours contre-productif.

"Nous voulons avoir un agenda positif. Nous voulons ouvrir une nouvelle page avec l'UE et avancer dans le processus d'adhésion à l’UE”, a-t-il ajouté.

Kalin a indiqué que la partie grecque a refusé de discuter avec la Turquie jusqu'au sommet de l’UE. 

“Soyez sûrs qu’une telle chose n’endommagera pas uniquement les relations Turquie-Union européenne mais également les relations entre la Turquie et la Grèce”, a-t-il conclu.



SUR LE MEME SUJET