TRT World Forum: “La pandémie nous a montré qu’il est possible de vivre avec moins” (Kalin)

Selon le porte-parole, il pourrait y avoir d’importants changements dans la perception et la définition des termes comme la mondialisation, l’Etat-nation, l’équilibre entre la liberté et la sécurité, le multilatéralisme ou encore la solidarité.

1538331
TRT World Forum: “La pandémie nous a montré qu’il est possible de vivre avec moins” (Kalin)

 

Le porte-parole de la présidence turque Ibrahim Kalin a participé à la session intitulée « Le monde multipolaire durant la pandémie : l’avenir de la coopération mondiale » organisée dans le cadre de TRT World Forum 2020.

La ministre des Affaires étrangères de Bosnie Herzégovine Bisera Turkovic, le vice-président de la Commission européenne Margaritis Schinas, le Professeur émérite et ancien doyen de l’Harvard Kennedy School Joseph S. Nye, ainsi que le fondateur de FutureMap Parag Khanna ont également participé à la session.

« Pour la première fois depuis longtemps, nous sommes dans une situation qui affecte tout le monde. Nous vivons réellement un moment mondial » a estimé Kalin.

Selon le porte-parole, il pourrait y avoir d’importants changements dans la perception et la définition des termes comme la mondialisation, l’Etat-nation, l’équilibre entre la liberté et la sécurité, le multilatéralisme ou encore la solidarité.

Il a donné en exemple les marchés asiatiques qui influencent les marchés européens et américains ainsi que les guerres en Syrie et en Irak qui influencent des lieux très éloignés du monde.

« Cependant il n’y avait pas eu de faits capables de changer tout ou ayant des impacts dans tous les pays, de l’occident à l’orient. Je pense que cela aura des conséquences importantes sur la façon de diriger notre vie » a déclaré Kalin.

D’après le porte-parole, les gens pourront en tirer la leçon qu’il est possible de vivre avec moins. « Vivre avec moins peut apporter plus de qualités. La quantité ne veut pas dire être en meilleure santé, plus heureux ou plus rationnel » a-t-il ajouté.

Faisant référence à l’ouvrage « Small is Beautiful » d’Ernst Friedrich Schumacher, Kalin a indiqué que les disciples (de Schumacher) ont poursuivi ses travaux avec « Small is possible ». « Je suis du même avis. Il est possible de vivre avec moins pour avoir une meilleure qualité. Et cela nous fait venir à la question « qu’est-ce qui est le plus important ? ». A mon avis, les Etats-nations, les établissements internationaux, les individus et les organes collectifs se posent aujourd’hui cette question » a-t-il déclaré.

Dernièrement le porte-parole a relevé que la pandémie a montré les capacités de l’ONU, de l’OMS, de l’UE et de l’OCI, et que les institutions internationales seront contraintes de faire des changements pour accroître leurs capacités à faire face à ce type de crise.

 

 

 



SUR LE MEME SUJET