La Turquie condamne la ‘perquisition illégale’ contre un navire turc

Dans un communiqué le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, a fait savoir qu’ils avaient protesté contre la fouille illégale effectuée par la force et sans autorisation contre le navire turc en Méditerranée.

1532802
La Turquie condamne la ‘perquisition illégale’ contre un navire turc

 

Dans un communiqué le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, a fait savoir qu’ils avaient protesté contre la fouille illégale effectuée par la force et sans autorisation contre le navire turc en Méditerranée.

“Nous regrettons la détention de notre navire, qui ne semble pas avoir violé l'embargo sur les armes, détourné de sa route pendant des heures dans des conditions météorologiques extrêmes, et le fait que le personnel ait été traité comme des criminels lors de l’inspection. Nous protestons contre cet acte effectué par la force et sans autorisation. Toutes sortes de droits de compensation des personnes physiques et morales liées contre les dommages et pertes qui pourraient en découler seront naturellement réservés. Il est essentiel d'obtenir le consentement de l'État du pavillon pour intervenir sur les navires de commerce dans les eaux internationales. Les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies sur l'embargo sur les armes libyen n'éliminent pas cette obligation”, a martelé Aksoy.

Selon les informations obtenues, le navire «ROSELINA-A» à battant pavillon turc, transportant du matériel d'aide humanitaire, avait jeté l'ancre d'Istanbul et est parti pour la Libye.

La frégate allemande en mission au sein de l’opération Irini dont le commandement et l’administration sont assurés pas un commandant grec, a arrêté et effectué hier soir une perquisition illégale et contraire au droit international en Méditerranée orientale dans le navire qui transportait de la Turquie vers la Libye de la nourriture et des articles divers tels que de la peinture .

Les soldats qui ont bloqué le chemin réduit la vitesse du navire, ont fouillé tous les conteneurs en les ouvrant sans l'autorisation de la Turquie et sans respecter les avertissements selon lesquelles ce qu’il font n’est pas légal.  Après la fouille qui a duré pendant les premières lueurs du matin, les soldats ont réalisé qu'il n'y avait rien d'autre que du matériel d'aide humanitaire, de la nourriture et de la peinture sur le navire, puis ont quitté le navire.

Malgré la déclaration du capitaine concernant la nature de la cargaison transportée, l’intervention qui a commencé à la suite d’un soupçon ambigu, dans la soirée, a continué jusqu’au milieu de la nuit. Elle s’est achevée après les objections persistantes de la Turquie. Le personnel armé a attendu sur le navire marchand jusqu'au matin et a quitté le navire le matin.



SUR LE MEME SUJET