Poutine : "Erdogan mène une politique étrangère indépendante malgré les pressions"

Le président russe à la réunion annuelle du Club de discussion Valdai a déclaré : "Grâce à la détermination d'Erdogan, des projets ont été mis en œuvre entre les deux pays, et le volume des échanges commerciaux a dépassé 20 milliards de dollars"

1514734
Poutine : "Erdogan mène une politique étrangère indépendante malgré les pressions"

 

Le président russe Vladimir Poutine a déclaré, jeudi, que son homologue turc Recep Tayyip Erdogan poursuit une politique étrangère indépendante malgré la pression.

La déclaration de Poutine était en réponse aux questions qu'il avait reçues, lors de sa participation à la réunion annuelle du club de discussion "Valdaï" par vidéoconférence.

Poutine a indiqué que "grâce à la détermination d'Erdogan, des projets ont été mis en œuvre entre les deux pays, indiquant que le volume des échanges commerciaux entre eux est supérieur à 20 milliards de dollars".

Il a exprimé son désir de poursuivre sa coopération avec la Turquie, soulignant qu'Erdogan poursuit une politique étrangère indépendante, malgré les pressions exercées sur lui.

Il a souligné que les deux pays avaient mis en œuvre le projet du gaz « Torrent Turc » dans un court laps de temps pour transporter le gaz russe vers l'Europe via la Turquie.

Pendant ce temps, Poutine a affirmé que son pays ne peut pas mettre en œuvre des projets communs avec l'Europe, à un rythme rapide comme il le fait avec la Turquie.

Dans ce contexte, il a souligné que la Russie est confrontée à des problèmes avec l'Europe concernant la mise en œuvre du projet "Northern Torrent 2", pour transporter du gaz.

Il a ajouté qu'Erdogan s'était engagé à mettre en œuvre ce projet (le torrent turc), et il a réussi à le faire. Ensuite, la Turquie a décidé d'acheter le système de défense S-400 dans le domaine de la coopération technique militaire, et elle l'a fait aussi.

Concernant la tension dans les relations turco-françaises en Méditerranée orientale, Poutine a indiqué que la Russie entretient e bonnes relations avec les deux pays.

Il s'est dit persuadé que la Turquie et la France n'ont pas besoin de la médiation russe pour résoudre les tensions entre elles en Méditerranée orientale.

Il a assuré qu'Erdogan est flexible, contrairement à ses positions visiblement solides, soulignant qu'il est possible de trouver un terrain d'entente avec lui. Il a conclu par souhaiter l'amélioration de la situation en Méditerranée orientale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET