Hulusi Akar : "La Grèce viole les accords internationaux en armant 18 de ses îles"

La Grèce devrait renoncer aux "provocations" qui exacerbent les tensions dans la région, affirme le ministre turc de la défense

1489762
Hulusi Akar : "La Grèce viole les accords internationaux en armant 18 de ses îles"

 

En armant 18 îles de la mer Égée, la Grèce viole les traités internationaux, ce qui ne fait qu'accroître les tensions et compromettre le dialogue, a déclaré dimanche le ministre turc de la défense.

La Grèce devrait renoncer aux " provocations " qui exacerbent les tensions dans la région, a déclaré Hulusi Akar dans une interview avec le rédacteur en chef de l'Agence Anadolu, Metin Mutanoglu, dans la station balnéaire d'Antalya, en Méditerranée.

Soulignant l'importance de la diplomatie dans la résolution des conflits, Akar a déclaré que la Turquie est toujours favorable au dialogue et à la négociation.

Il a cependant ajouté que le pays continuerait à défendre ses droits dans la région.

Akar a également critiqué l'attitude du président français Emmanuel Macron par rapport au conflit dans la région, appelant les Grecs à ne pas se laisser entraîner dans des initiatives qu'il mène pour " son propre salut ".

- La situation en Méditerranée orientale

Les tensions dans la région se sont exacerbées depuis que la Turquie a repris, le mois dernier, ses activités de prospection énergétique en Méditerranée orientale, après que la Grèce et l'Égypte aient signé un accord de délimitation maritime controversé, au mépris du geste de bonne volonté d'Ankara qui a mis fin à de précédentes activités de prospection.

Malgré l'opposition de la Grèce et de certains autres pays, la Turquie a prolongé à plusieurs reprises la mission de prospection énergétique de son navire de recherche Oruc Reis dans une zone du plateau continental turc, la dernière annonce en date ayant été faite le 31 août, prolongeant la mission jusqu'au 12 septembre.

La Turquie s'est toujours opposée aux tentatives de la Grèce de proclamer une zone économique exclusive sur la base de petits îlots situés près des côtes turques, violant ainsi les intérêts de la Turquie, le pays doté du plus long littoral du bassin méditerranéen.

Ankara a également déclaré que les ressources énergétiques se trouvant dans les environs de l'île de Chypre doivent être partagées équitablement entre la République turque de Chypre du Nord et l'administration chypriote grecque.

Dans un contexte de tensions concernant la Méditerranée orientale et la prospection énergétique, la Turquie a souligné à plusieurs reprises sa volonté d'entamer des négociations sans conditions préalables, contrairement à la Grèce qui a refusé ces dernières semaines d'entamer un dialogue sous l'égide de l'OTAN ou de l'UE.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET