Altun: “La Turquie a la force de défendre ses droits de souveraineté quel qu’en soit le prix”

"Tout comme nous avions rejeté avec une résistance glorieuse le rôle et les frontières qui nous ont été imposés avec le Traité de Sèvres 100 ans auparavant, nous rejetons aujourd’hui les délimitations de notre Patrie Bleue que l’on nous impose."

1470959
Altun: “La Turquie a la force de défendre ses droits de souveraineté quel qu’en soit le prix”

Altun: “La Turquie a la force de défendre ses droits de souveraineté quel qu’en soit le prix”

Le président de la Grande Assemblée nationale de Turquie Mustafa Sentop et le chef de la Communication de la présidence turque Fahrettin Altun ont publié des messages de soutien aux activités en Méditerranée orientale du navire de recherches sismiques Oruc Reis.

Dans son message partagé sur Twitter avec les hashtags « Patrie bleue » et « Oruc Reis », Sentop a salué les « enfants héroïques dans la Patrie Bleue de cette nation sacrée qui a fait preuve de courage à chaque étape de son histoire et qui a confirmé son droit d’existence par sa lutte déterminée ».

De son côté, Altun a évalué les activités de la Turquie en Méditerranée orientale.

« Tout comme nous avions rejeté avec une résistance glorieuse le rôle et les frontières qui nous ont été imposés avec le Traité de Sèvres 100 ans auparavant, nous rejetons aujourd’hui les délimitations de notre Patrie Bleue que l’on nous impose. La République de Turquie a la force de défendre ses droits de souveraineté quel qu’en soit le prix » a souligné Altun.  

Entre-temps, le ministère des Affaires étrangères a partagé la carte de la zone d’activité du navire Oruc Reis qui se situe à l'intérieur du plateau continental turc tel que déclaré aux Nations Unies.

Sur la carte figure les zones de juridiction maritime de la Turquie ainsi que les terrains pétroliers couverts par des licences.

"Oruc Reis a lancé aujourd'hui son activité de prospection dans le plateau continental turc déclaré à l'ONU", a affirmé sur Twitter, Cagatay Erciyes, un haut responsable du ministère turc des Affaires étrangères, en y ajoutant une carte montrant la zone concernée.

Le diplomate turc a également dénoncé les revendications maximalistes de la Grèce dans la région.

Erciyes a déclaré que la Grèce crée des problèmes à cause d'une île grecque de 10 kilomètres carrés, nommée Kastellorizo, à 2 kilomètres de la Turquie et à 580 kilomètres de la Grèce.

"La Grèce revendique 40.000 km2 de zone de juridiction maritime en raison de cette petite île et tente d'arrêter les activités d’Oruc Reis et de bloquer la Turquie en Méditerranée orientale", a-t-il expliqué.

"Cette affirmation maximaliste n'est pas compatible avec le droit international. Elle est contraire au principe d'équité. Pourtant, la Grèce demande à l'Union Européenne et aux États-Unis de soutenir cette affirmation et de faire pression sur la Turquie pour qu'elle cesse ses activités légitimes d’exploration d’hydrocarbure. Ce n'est ni acceptable ni raisonnable", a-t-il dénoncé.

Erciyes a souligné que ces pays devraient plutôt demander à la Grèce d'arrêter ses revendications injustes, inéquitables et absurdes.

"C'est la Grèce, et non la Turquie, qui crée des tensions dans la région en raison de ces revendications maximalistes", a encore déclaré Erciyes.

TRT avec AA



SUR LE MEME SUJET