Jammu-et-Cachemire : Ankara regrette la situation après l'abolition de son statut spécial par l'Inde

La Turquie déplore l'aggravation de la situation au Jammu-et-Cachemire, un an après l'abolition de son statut spécial par l'Inde

1467568
Jammu-et-Cachemire : Ankara regrette la situation après l'abolition de son statut spécial par l'Inde

 

La Turquie déplore l'aggravation de la situation au Jammu-et-Cachemire, un an après l'abolition de son statut spécial par l'Inde.

C'est ce qui ressort d'un communiqué diffusé par le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, mercredi.

"Après l'abolition de l'article de la Constitution indienne reconnaissant le statut spécial du Jammu-et-Cachemire, les démarches mises en œuvre dans la région ont aggravé la situation et n'ont servi ni la paix ni la stabilité, lit-on dans le communiqué. La Turquie maintient sa position selon laquelle le problème doit être résolu via le dialogue et dans le cadre de la Charte des Nations unies (ONU)."

Le Jammu-et-Cachemire est divisé entre l'Inde et le Pakistan et revendiqué par les deux pays. Une petite partie est également contrôlée par la Chine.

Les deux pays ont mené trois guerres depuis 1947, date de leur partition, et cela en 1948, 1965 et 1971, deux de ces guerres ont porté sur la question du Cachemire.

Certains groupes cachemiris au Jammu-et-Cachemire mènent une lutte contre la domination indienne en vue d'obtenir leur indépendance ou encore leur unification avec le Pakistan voisin.

Selon plusieurs organisations de défense des droits de l'Homme, des milliers de personnes ont été tuées et soumises à la torture depuis le début du dernier litige frontalier en 1989.

Le 5 août 2019, le gouvernement indien a annulé l'article 370 et d'autres dispositions connexes de sa constitution, supprimant le statut spécial du seul État à majorité musulmane du pays, qui a également été scindé en deux territoires administrés par le gouvernement fédéral.

Le gouvernement a également procédé au verrouillage de la région, emprisonnant des milliers de personnes, imposant des restrictions sur les déplacements, ainsi qu’une interruption totale des communications.

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET