Les revendications « maximalistes » de la Grèce sur le plateau continental sont contraires au droit

Hami Aksoy a répondu dans un communiqué à une question portant sur les propos du ministère grec des Affaires étrangères relatifs aux activités d’exploration du navire turc Oruc Reis en Méditerranée orientale

1459669
Les revendications « maximalistes » de la Grèce sur le plateau continental sont contraires au droit

 

 

La Turquie a déclaré que les revendications maximalistes de la Grèce sont contraires au droit international, à la jurisprudence et aux décisions des tribunaux.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Hami Aksoy a répondu dans un communiqué à une question portant sur les propos du ministère grec des Affaires étrangères relatifs aux activités d’exploration du navire turc Oruc Reis en Méditerranée orientale.

« Dans le cadre des activités de prospection d'hydrocarbures que la Turquie mène actuellement en Méditerranée orientale, il a été annoncé publiquement par un NAVTEX (télex de navigation) diffusé par nos autorités compétentes, que notre navire de prospection sismique Oruç Reis lancera une nouvelle étude sismique en Méditerranée orientale, à partir du 21 juillet 2020 » a rappelé Aksoy.

Il a souligné que la zone maritime dans laquelle l'Oruç Reis effectuera un sondage, est entièrement située sur le plateau continental turc « tel que déclaré aux Nations Unies » et dans les blocs de licence accordés par le gouvernement turc à la compagnie pétrolière de Turquie (TPAO) en 2012.

« En fait, notre navire de recherche sismique Barbaros Hayrettin Paşa avait également effectué un sondage au cours des années précédentes dans une partie de cette même zone. Malgré cela, la Grèce a soulevé des objections à l'activité de prospection actuelle et a affirmé que la zone de prospection se trouve à l'intérieur de son propre plateau continental, tout en basant cette affirmation sur la présence d'îles éloignées de son propre continent, notamment Kastellorizo » a expliqué le porte-parole.

Il a mis l’accent sur le fait que les revendications maximalistes de la Grèce sont contraires au droit international, à la jurisprudence et aux décisions des tribunaux.

« L'argument selon lequel une île de dix kilomètres carrés, située à seulement deux kilomètres de l'Anatolie et à cinq cent quatre-vingts kilomètres du continent grec, devrait générer une zone de plateau continental de quarante mille kilomètres carrés n'est ni rationnel ni conforme au droit international. Nous rejetons donc naturellement ces affirmations injustifiées de la Grèce » poursuit le communiqué.

Dernièrement Aksoy a assuré que la Turquie, « tout en réitérant ses appels au dialogue avec la Grèce », répétés à tous les niveaux à diverses occasions jusqu'à aujourd'hui, continuera également à défendre ses droits et intérêts légitimes découlant du droit international.

 

 



SUR LE MEME SUJET