La doctrine de sécurité de la Turquie (étude)

Une étude de Can ACUN, chercheur en politique internationale à SETA.

1425912
La doctrine de sécurité de la Turquie (étude)

 

La Turquie qui a adopté une nouvelle doctrine de sécurité nationale après la tentative de coup d’Etat du 15 juillet, a d’une part éliminé les menaces à la source sans qu’elles n’arrivent à atteindre la Turquie, et de l’autre, elle est devenue une puissance militaire et non pas seulement une force douce par ses opérations militaires transfrontalières et les bases établies après de nombreux accords avec d’autres pays. Grâce à ses investissements dans l’industrie de défense, la Turquie a pu répondre à ses besoins militaires et devenir en même temps un exportateur de taille.

Des changements radicaux sont observés dans la perception de la sécurité nationale et de la politique régionale de la Turquie après notamment la tentative de coup d’Etat du 15 juillet. Le fait que la Turquie fut visée à la fois par le PKK et Daech dans le processus qui a conduit au coup d’Etat a été évalué dans le même contexte que l’équation en Syrie, ce qui a poussé la Turquie à adopter une doctrine qui consiste à éliminer les menaces à la source.

Dans ce cadre, l’opération Bouclier de l’Euphrate a été lancée immédiatement après la tentative de coup d’Etat, permettant de créer une zone de sécurité en Syrie allant d’Azaz à Jarablous et comprenant la ville d’al-Bab, nettoyée de Daech et du PKK.

La Turquie a constaté que l’organisation terroriste PKK tente de créer un Etat terroriste avec l’engagement des Etats-Unis sous l’apparence de la lutte contre Daech en Syrie, et entrepris des démarches pour l’en empêcher. L’opération Bouclier de l’Euphrate a été suivie de l’opération Rameau d’olivier qui a épuré Afrine du terrorisme, et de l’opération Source de Paix pour Tall Abyad et Rassoulayn.

Les Forces armées turques mais aussi les groupes d’opposants syriens formés et équipés par la Turquie ont participé à ces opérations. La Turquie a également tenté de stopper la crise humanitaire et d’empêcher un nouveau flux migratoire dans la région d’Idleb en lançant l’opération Bouclier du Printemps. La Turquie poursuit également ses opérations transfrontalières dans le nord de l’Irak. L’opération Détermination vise à éliminer les éléments de l’organisation terroriste PKK dans la région.

La Turquie a aussi neutralisé les soi-disant cadres supérieurs de l’organisation terroriste séparatiste PKK sur l’axe irako-syrien par l’intermédiaire de ses services de renseignement. Lors de toutes ses opérations militaires, la Turquie a utilisé efficacement ses engins aériens en particulier ses drones ainsi que ses appareils militaires terrestres développés par son industrie de défense. Les appareils militaires développés par la Turquie ont constitué un point tournant en matière de force de dissuasion.

La Turquie qui poursuit d’une part ses opérations sur l’axe irako-syrien, a pris de l’autre,  une position de force militaire majeure en Libye en signant des accords militaires avec le gouvernement d’entente nationale libyen, a fondé une base militaire au Qatar, et a pour autant dire dirigé des activités pour la reconstruction d’un État en Somalie. Avec sa nouvelle doctrine militaire, la Turquie est désormais devenue au-delà d’une Soft Power (force douce), une force dissuasive. Avec son industrie de défense, la Turquie est devenue une puissance capable de produire ses propres armes et de les exporter.



SUR LE MEME SUJET