Aksoy : "La Turquie continuera de soutenir les exilés turcs tatars de Crimée et circassiens"

Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, a publié un communiqué en réponse à une question concernant les anniversaires des exilés turcs tatars de Crimée et circassiens

1419405
Aksoy : "La Turquie continuera de soutenir les exilés turcs tatars de Crimée et circassiens"

 

Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, a publié un communiqué en réponse à une question concernant les anniversaires des exilés turcs tatars de Crimée et circassiens

"Cela fait soixante-seize ans aujourd'hui (18 mai), les turcs tatars de Crimée, peuple indigène de Crimée, ont été déracinés de leur mère patrie et déportés dans des circonstances inhumaines. Une grande partie des 250 000 tatars de Crimée ont perdu la vie en chemin ou en exil. Les tatars de Crimée n'ont pas pu retourner dans leur mère patrie, la péninsule de Crimée, pendant des décennies après l'exil de 1944", a affirmé Aksoy.

Il a précisé que la Turquie continue aujourd'hui, comme par le passé, à aider les turcs tatars de Crimée à surmonter les traitements injustes qu'ils ont subis et à vivre en sécurité et en paix, en préservant leur identité. Et de poursuivre : "A cette occasion, nous confirmons une fois de plus notre soutien à l'intégrité territoriale de l'Ukraine".

"L' « exil circassien » est une autre tragédie dont nous nous rappelons avec tristesse. Cela fait cent cinquante-six ans, le 21 mai, les peuples du Caucase ont été contraints de quitter leur patrie dans des conditions désastreuses, ce qui a entraîné de nombreuses pertes de vies humaines", a ajouté porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy.

"Nous partageons la douleur de nos proches, les turcs tatars de Crimée et les peuples frères du Caucase, honorons respectueusement leur mémoire et souhaitons la miséricorde divine à ceux ayant perdu leur vie lors de ces événements tragiques qui ont laissé une marque indélébile dans notre mémoire collective", a-t-il conclu.

 



SUR LE MEME SUJET