Hami Aksoy dénonce la politique suivie par la Grèce concernant les migrants

« Les déclarations de Dendias sont une preuve concrète des politiques incohérentes, illégales et inhumaines de ce pays », a-t-il évalué

1378333
Hami Aksoy dénonce la politique suivie par la Grèce concernant les migrants

 

Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, a dénoncé la politique suivie par la Grèce.

Hami Aksoy a publié un communiqué sur les propos tenus par le ministre grec des Affaires étrangères, Nikos Dendias, sur les réseaux sociaux.

« Les déclarations de Dendias sont une preuve concrète des politiques incohérentes, illégales et inhumaines de ce pays », a-t-il évalué.

Il a précisé que le traitement hostile de la Grèce à l’égard des migrants rappelle les pratiques nazies.

« La Grèce ne protège pas les frontières de l’Union européenne, comme elle le prétend, avec ces pratiques honteuses au nom de l’humanité, bien au contraire, elle piétine tous les principes et les valeurs sur lesquels l’UE a été fondée », a-t-il relevé.

Hami Aksoy a noté que cette attitude de la Grèce viole la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne et plusieurs accords des Nations unies concernant les migrants.

Il a également souligné l’erreur commise par la Grèce concernant la Libye.

« Les protocoles d’entente que nous avons conclus avec le gouvernement légitime libyen ne sont pas uniquement dans l’intérêt d’un certain milieu mais de l’ensemble du peuple libyen. Si la Grèce est dérangée, elle doit dialoguer avec nous et avec le gouvernement légitime libyen, au lieu de parler dans notre dos », a-t-il averti.

Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères a dénoncé l’attitude de Nikos Dendias vis-à-vis de la minorité turque de Grèce.

« C’est de l’hypocrisie de qualifier la minorité albanaise de Grèce comme minorité nationale grecque et de ne pas qualifier de turque, la minorité turque de Grèce. Dendias ne semble pas vouloir se rappeler de la condamnation de la Grèce par la Cour européenne des droits de l’homme à ce sujet », a-t-il conclu.



SUR LE MEME SUJET