Erdogan a vivement critiqué le récipiendaire du Nobel de littérature

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a notamment assuré qu'en Turquie, tout sera mis en oeuvre pour protéger et garantir les droits de l'homme

Erdogan a vivement critiqué le récipiendaire du Nobel de littérature


 

Le président de la République de Turquie, Recep Tayyip Erdogan, a assuré qu'accorder le prix Nobel de littérature à un individu raciste, revient à récompenser "les violations aux droits de l'homme".

C'est ce qui ressort d'un message partagé, mardi, par le chef de l'Etat turc à l'occasion de la Journée internationale des droits de l'homme du 10 décembre.

"Accorder le prix Nobel de littérature, le 10 décembre, Journée internationale des droits de l'homme, à un individu raciste qui nie le génocide vécu en Bosnie Herzégovine et qui défend les crimes de guerre, ne porte aucune autre signification que celle de récompenser les violations aux droits de l'homme" a martelé le président turc.

Erdogan a regretté qu'une classe politique, qui voit l'Islamophobie comme un moyen de récolter des voix, contribue à la banalisation de la parole discriminatoire au nom de la liberté d'expression, affirmant qu'il s'agit d'un sujet important qui menace la paix et la stabilité au niveau mondial.

"La communauté internationale qui fait la sourde oreille depuis 9 ans face à la détresse de millions de personnes en Syrie, a porté, par ce silence, le plus grand des coups aux valeurs stipulées dans la Déclaration universelle des droits de l'homme" a-t-il martelé.

Il a rappelé que la Turquie oeuvre depuis des années au niveau international afin d'apporter de l'aide humanitaire aux millions de désoeuvrés et qu'elle lutte avec plusieurs organisations terroristes simultanément, consciente de sa responsabilité pour l'émergence d'un monde plus juste.

Erdogan a notamment assuré qu'en Turquie, tout sera mis en oeuvre pour protéger et garantir les droits de l'homme.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET