« En gérant la crise migratoire et en luttant contre Daesh, la Turquie contribue le plus à l’OTAN »

" Nous avons empêché qu’une très vaste région ne devienne un port sécurisé pour les terroristes."

« En gérant la crise migratoire et en luttant contre Daesh, la Turquie contribue le plus à l’OTAN »

 

Le chef de la Communication Fahrettin Altun a estimé que la Turquie est le pays contribuant le plus à l’OTAN en gérant la crise migratoire et en luttant contre l’organisation terroriste Daesh, appelant les pays alliés à soutenir la Turquie dans la lutte contre les organisations terroristes.

A Londres où il accompagne le président Recep Tayyip Erdogan au sommet de l’OTAN, Altun s’est exprimé au sujet de l’Alliance sur Twitter.

« L’attente de la Turquie est claire et nette. Elle gère la crise migratoire, lutte contre Daesh et est le pays ayant le plus de contributions à l’OTAN, par conséquent elle contribue également à la sécurité de ses alliés. En retour, nos alliés doivent nous soutenir dans notre lutte contre les organisations terroristes » a souligné le chef de la Communication.

Il a relevé que les alliés de l’OTAN doivent mettre fin à leur soutien à l’organisation terroriste PKK/PYD/YPG, et faire ce qu’il se doit dans ce sens.

« Nos alliés doivent extrader les fugitifs de FETO et coopérer avec nous. Les terroristes ne doivent pas obtenir d’aide, de soutien et d’asile de nos alliés » a indiqué Altun.

Il a rappelé que la Turquie a dépêché ses forces en Syrie pour assurer le retour de centaines de milliers de Syriens dans leur pays.

« Nous avons empêché qu’une très vaste région ne devienne un port sécurisé pour les terroristes. Quant à nos alliés, au lieu de nous soutenir, ils nous ont critiqués. Ceux qui nous critiquent ont eu l’audace de remettre en question nos préoccupations en termes de sécurité nationale et notre adhésion à l’OTAN » a déploré Altun.

Selon le chef de la Communication, la Turquie est le pays ayant le plus contribué à l’OTAN au nom de la sécurité commune, même face à de sérieux dangers.

« Nous n’avons pas l’intention de faire de concession de notre sécurité nationale à l’avenir. La Turquie accueille plus de 3,6 millions de Syriens en raison de la plus grande crise humanitaire actuelle. De nombreuses ressources et des dizaines de millions de dollars ont été dépensés dans cette voie alors que nos alliés européens sont réticents à nous fournir des aides face à cette question d’ampleur » a-t-il ajouté.

Altun a noté que le sommet de l’OTAN était une chance inouïe pour traiter les questions avec sincérité.

« Il faut accepter la lutte menée par la Turquie contre le terrorisme international mais aussi ses besoins et préoccupations en matière de sécurité. L’OTAN ne peut être renforcée qu’avec un dialogue significatif » a-t-il conclu.

 

 


Mots-clés: turquie otan , altun otan , altun

SUR LE MEME SUJET