Opération Source de Paix

L'objectif est la paix
la cible est le terrorisme

Les étudiants musulmans qui passent le Ramadan en Turquie partagent leurs observations

Les étudiants musulmans qui passent le mois du Ramadan en Turquie à des kilomètres de leur famille, ont fait part de leurs impressions concernant le Ramadan

yabanci ogrenci.jpg
ogrenci.jpg

 

Les étudiants musulmans qui passent le mois du Ramadan en Turquie à des kilomètres de leur famille, ont fait part de leurs impressions concernant le Ramadan.

Les étudiants qui suivent une formation scolaire en Turquie dans la cadre du programme des Bourses de Turquie dirigé par la Présidence des Turcs de l’étranger et des communautés apparentées (YTB), se sont exprimés concernant le Ramadan en Turquie.

Le Soudanais Abubaker Ahmed Anakar Omer qui fait un master en turc à l’Université Gazi à Ankara, a déclaré qu’il passe son premier ramadan en Turquie où il est arrivé il y a 8 mois.

« La culture découlant du ramadan en Turquie ne m’a pas étonné, je me sens comme dans mon pays. Les plats peuvent être différents mais il n’y a pas de différence dans la culture de la rupture du jeûne », a-t-il dit.

Omer a précisé qu’il profitait bien des activités religieuses et culturelles organisées au terme de la rupture du jeûne.

La Bosniaque Lamija Brkic, étudiante dans le département de gestion à l’Université d’Ankara, a quant à elle, affirmé qu’elle passait son troisième ramadan en Turquie cette année.

« J’ai de très bons souvenirs de mon premier ramadan en Turquie. C’est en Turquie que j’ai passé le premier ramadan en dehors de chez moi et j’ai beaucoup de souvenir avec les étudiants étrangers », a-t-elle déclaré.

L’Afghan Ahmad Khan Dawlatyar, étudiant à la faculté des sciences politiques à l’Université d’Ankara, a expliqué qu’il vivait en Turquie depuis 3 an et demi.

Précisant célébrer le Ramadan avec enthousiasme en Turquie, Dawlatyar a fait savoir que les établissements publics, hommes d’affaires généreux et organisations non gouvernementales organisaient des diners de rupture de jeûnes dans plusieurs lieux.

« En général j’aime le sorbet du ramadan (şerbet), les baklava et le pain du ramadan (pide) lors des ruptures du jeûne », a-t-il précisé.

Dawlatyar a indiqué que ça lui plaisait beaucoup d’aller dans des diners de rupture du jeûne avec les autres étudiants étrangers en Turquie.

« La Présidence des Turcs de l’étranger et des communautés apparentées (YTB) organise des diners de rupture du jeûne tout au long du mois de ramadan à l’Université des sciences politiques d’Ankara. Chaque jour, un pays présente sa culture et ses plats. Les étudiants du pays d’accueil proposent lors des diners de rupture du jeûne, les plats spéciaux de leur pays aux étudiants étrangers dont le nombre atteint les près de 300 », a-t-il conclu.



SUR LE MEME SUJET