Le « soft power » turc : la Turquie à la conquête des cœurs dans le monde

Si la Turquie est aujourd’hui une puissance émergente voire un « modèle » pour tous les pays de sa région, son ascension s’explique par de nombreux facteurs parmi lesquels une utilisation efficace du « soft power » joue certainement un rôle indéniable

Le « soft power » turc : la Turquie à la conquête des cœurs dans le monde

par Öznur Küçüker Sirene, 22/05/2019

Au mois de mai de l’année dernière, le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, faisait des éloges sur la capacité de la Turquie à se servir du « soft power ». Selon lui, contrairement au « hard power » qui consiste pour un Etat à s’imposer en relations internationales à l'aide de moyens militaires et économiques, le pouvoir qui est permanent est le « soft power » et la Turquie est aujourd’hui le pays qui en fait le meilleur usage au monde.

Pour mieux comprendre les propos de Çavuşoğlu, il convient tout d’abord de définir le terme du « soft power ». Concept popularisé par le politologue Joseph Nye, il désigne une nouvelle forme de politique internationale qui ne repose ni sur la force ni sur la coercition mais sur « la capacité de séduction et de persuasion d'un Etat » dans les relations internationales.

De grandes puissances mondiales ont pu se servir habilement du soft power dans l’histoire grâce à l’attirance de leur civilisation sans avoir recours à la force militaire comme l’Empire romain. C'est aussi ce qui explique « l'exceptionnalisme » des Etats-Unis depuis leur création et l'ascension du pays vers le rôle global dominant. En effet, « l’eldorado américain » s’explique en grande partie par l’expansion du « mode de vie » à l’américaine à travers le monde entier grâce aux films et séries d’Hollywood, à la réputation mondiale des avancées technologiques et scientifiques du pays et au « success story » de nombre de marques américaines dont par exemple la fameuse chaîne de restauration rapide McDonald’s.

D’autres pays comme la France se servent également de ce pouvoir pour devenir un centre d’intérêt mondial. Grâce à son fort réseau diplomatique à travers le monde entier, la France exploite parfaitement bien les outils contribuant à son rayonnement culturel, artistique et linguistique. Les instituts culturels français à chaque coin du monde, la francophonie, de nombreuses marques de luxe françaises telles que Chanel et Dior, la présentation de diverses villes françaises dont notamment Paris comme une valeur mondiale font aujourd’hui de la France le pays le plus visité au monde.

La Turquie ne possède pas moins d’avantages que des pays comme les Etats-Unis ou la France -si ce n’est plus- pour s’imposer dans le monde grâce à ses atouts culturels, historiques, artistiques et linguistiques. Pays héritier de l’Empire ottoman ayant émerveillé le monde entier de part la finesse de sa civilisation, véritable carrefour entre l’Europe et l’Asie, leader du monde musulman pendant des siècles grâce au califat, la Turquie a certainement un rôle important à jouer dans le monde d’aujourd’hui et du futur.

Dans notre étude, nous nous pencherons sur différentes initiatives et actions qui ont créé une image plus positive de la Turquie tout en renforçant sa position sur l’échiquier mondial.

L’aide humanitaire : principal vecteur du soft power turc

Si le fait d’être au carrefour des pays et continents est un avantage, c’est également une grande responsabilité à assumer en cas de conflits mondiaux. C’est ainsi qu’avec de nombreuses crises et tensions au Moyen-Orient dont notamment la guerre en Irak et en Syrie, la Turquie a été directement concernée par d’importants flux migratoires.

Contrairement à l’Union européenne qui a préféré faire l’autruche face à la crise migratoire, la Turquie a une fois de plus prouvé au monde entier sa générosité et sa bienveillance en ouvrant ses portes aux millions de personnes désespérées en devenant une véritable « terre d’accueil ». En effet, la Turquie est aujourd’hui le pays qui accueille le plus grand nombre de réfugiés au monde. Elle accueille plus de 4 millions de réfugiés, dont 3,5 millions de Syriens.

En dehors des réfugiés, la Turquie aide également activement d’autres personnes dans le besoin tant à travers des aides financières que des services et programmes de soutien aux populations. En 2017, la Turquie est devenue le pays ayant réalisé le plus d’aides humanitaires au monde par rapport à son revenu national avec un montant de 8,07 milliards de dollars.

Son fort réseau d’organismes de bienfaisance agit actuellement à travers le monde entier, de la Somalie au Bangladesh, du Yémen à l’Ouganda, pour ainsi devenir « la voix des sans voix » en leur offrant de services de santé et d’éducation :  Kızılay (Croissant-Rouge turc), la Fondation turque pour l'Aide Humanitaire (IHH), la présidence de la Gestion des catastrophes et urgences (AFAD), l’Agence de coopération et de développement (TIKA) ou encore la Fondation de Diyanet sont aujourd’hui mondialement réputés pour la qualité et l’efficacité de leurs actions dans le monde.

Le rayonnement culturel de la Turquie à travers le monde

La culture est sans aucun doute l’un des principaux piliers du soft power turc. L’expansion de la culture et de la langue turques à travers le monde se réalise par différents vecteurs dont notamment les instituts culturels et linguistiques Yunus Emre mais aussi de nombreux programmes d’échanges scolaires et de bourses accordées par l’Etat turc aux étudiants étrangers.

Un autre atout important de la Turquie -devenu même un phénomène mondial- est le succès mondial de ses feuilletons et de ses films dans différentes régions du monde dont notamment les pays arabes et les Balkans. Grâce à des séries télévisées mélangeant romantisme et politique, modernité et traditions, la Turquie élargit son champ d’influence dans le monde auprès des téléspectateurs qui s’identifient avec les acteurs et actrices de ces séries, qu’ils considèrent comme « familiers » en raison de leur ressemblance culturelle. Le succès de ces séries est tel qu’elles contribuent directement à la promotion touristique du pays.

Le développement international du réseau public de télévision et de radio (TRT) et de l’agence de presse Anadolu (Anadolu Ajansı) avec des publications et productions en plusieurs langues fait également partie des stratégies culturelles et médiatiques de l’Etat turc.

Par ailleurs, des célébrités turques telles que le chanteur Tarkan, l’écrivain Orhan Pamuk lauréat du prix Nobel de littérature 2006, le réalisateur Nuri Bilge Ceylan ayant remporté de nombreux prestigieux prix internationaux avec ses films ou encore le professeur Aziz Sancar, premier scientifique turc à remporter le Prix Nobel de chimie en 2015, contribuent fortement à faire connaître la Turquie dans le monde.

L’incroyable ascension de Turkish Airlines 

Le succès fulgurant de la compagnie aérienne turque Turkish Airlines est une autre opportunité pour le développement du soft power turc.

La compagnie aérienne qui dessert actuellement 303 destinations - 254 destinations internationales et 49 nationales- bat des records dans des enquêtes sur la qualité des services auprès des voyageurs.

Le site de Skytrax, l’organisation internationale de notation de transport aérien, l'a ainsi désignée Meilleure compagnie aérienne en Europe pour la sixième fois consécutive entre 2011 et 2016, et la Meilleure compagnie aérienne du sud de l’Europe pour la neuvième fois consécutive en 2017.

L’inauguration du nouvel aéroport d’Istanbul qui sera le plus grand aéroport au monde, une fois terminé,renforcera davantage la position de Turkish Airlines dans les classements mondiaux en augmentant l’intérêt des voyageurs internationaux pour la Turquie et leur facilitant l’accès au pays.

La Turquie devenue un acteur majeur sur la scène internationale

Pays membre de l’OTAN et candidat à l’Union européenne, la Turquie est une puissance émergente qui possède de fortes ambitions régionales et mondiales dans le cadre de ses objectifs 2023. Grâce au développement de ses représentations diplomatiques à travers le monde mais aussi et surtout une utilisation efficace de son soft power comme évoqué précédemment, elle s’impose aujourd’hui de plus en plus comme un acteur incontournable des relations internationales sur d’importantes questions mondiales.

Son rôle de première importance dans la résolution du conflit syrien dans le processus d’Astana à côté de la Russie et de l’Iran, sa défense acharnée de la cause palestinienne et ses autres prises de position courageuses pour dénoncer nombre d’injustices dans le monde -comme dans le cas des Musulmans Rohingyas en Birmanie, des Ouïghours en Chine, de la tentative de « coup d’Etat » au Venezuela ou encore dans l’affaire Khashoggi- mettent en évidence l’important rôle qu’elle jouera dans le futur dans le nouvel équilibre mondial.

En conclusion, le soft power est un outil efficace et non agressif au service de la Turquie qui profite de chaque occasion pour le porter encore plus loin. L’exemple le plus récent est la volonté de la Turquie de créer des établissements scolaires turcs en France à l’instar des lycées français en Turquie. Une initiative à laquelle s’oppose déjà Jean-Michel Blanquer, ministre français de l’Education nationale, sans aucune raison valable, alors qu’il ne s’agit que de « la réciprocité eu égard aux écoles françaises existantes en Turquie ». Compte tenu du succès évident du soft power turc, craindrait-il que la Turquie arrive à conquérir le cœur d’encore plus d’Européens à travers ces écoles en mettant en lumière les manipulations et désinformations médiatiques de la France sur le pays ? Si nous n’avons pas encore de réponse à cette question, une chose est certaine : la Turquie s’impose de plus en plus dans le monde grâce à son soft power et elle ne semble pas s’arrêter là.

 



SUR LE MEME SUJET