M. Cavusoglu s'exprime concernant les critiques de l’Europe à l’égard de la Hongrie et de la Turquie

M. Cavusoglu a tenu une conférence de presse conjointe avec son homologue hongrois Peter Szijjarto

1194663
M. Cavusoglu s'exprime concernant les critiques de l’Europe à l’égard de la Hongrie et de la Turquie

 

Le ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, s’est exprimé concernant les critiques de l’Europe à l’égard de la Hongrie et de la Turquie.

« Au lieu de critiquer les administrations arrivées au pouvoir par des élections libres et démocratiques, il serait plus raisonnable de soutenir la stabilité de ces pays » a-t-il dit.

M. Cavusoglu a tenu une conférence de presse conjointe avec son homologue hongrois Peter Szijjarto.

« La contribution de la Hongrie et de la Turquie à l’Europe et aux institutions européennes est évidente. Malgré cela, ces deux pays sont pris pour cible. La démocratie commence aux urnes. Au lieu de critiquer les administrations arrivées au pouvoir par des élections libres et démocratiques, il serait plus raisonnable de soutenir la stabilité de ces pays » a déclaré Cavusoglu.

Il a signalé qu’une coopération plus étroite avec l’Europe est nécessaire en matière de migration.

« Nous devons lutter contre toute forme de terrorisme, sans aucune hypocrisie, faute de quoi nous serons tous confrontés à cette menace» a-t-il dit.

Mettant en exergue la contribution de la Hongrie et de la Turquie à la sécurité et à l’économie fragile de l’Europe, Mevlut Cavusoglu a relevé que la Hongrie défendait la Turquie en son absence.

Il a également indiqué qu’une visite du président de la République Recep Tayyip Erdogan en Hongrie est en cours d’évaluation, avant de préciser que la date n’a pas encore été fixée.

Le ministre turc a évoqué les propos tenus par le président du groupe PPE au Parlement européen et candidat pour la présidence de la Commission européenne, Manfred Weber, sur la Turquie.

« Ce point de vue de M. Weber n’est pas nouveau. Il exprime ouvertement ce que défend son parti depuis des années, néanmoins les décisions sont prises à l’unanimité à l’UE. Il y, actuellement, certains pays qui se font plus entendre. Ils s’opposent fermement à l’adhésion de la Turquie à l’UE, mais nous constatons lors de nos entretiens avec l’UE qu’une très grande partie des membres de l’UE soutiennent fortement la Turquie. La Hongrie vient en tête de ces pays » a-t-il poursuivi.

 



SUR LE MEME SUJET