2018, l’année de la coopération entre la Turquie et la Russie

Les deux hommes ont eu sept entretiens en tête à tête, 18 entretiens téléphoniques et se sont retrouvés lors de six sommets

1120149
2018, l’année de la coopération entre la Turquie et la Russie

Le président de la République, Recep Tayyip Erdogan, et le chef d’Etat russe, Vladimir Poutine, ont réalisé de multiples entretiens en 2018.

Les deux hommes ont eu sept entretiens en tête à tête, 18 entretiens téléphoniques et se sont retrouvés lors de six sommets.

Ils ont eu des échanges cruciaux sur les dossiers bilatéraux et régionaux, notamment la crise syrienne.

Des démarches importantes ont été entreprises conjointement dans le processus d’Astana.

L’appel lancé par le président Erdogan le 7 septembre pour une trêve à Idleb a porté ses fruits lors du sommet de Sotchi le 17 septembre entre les deux leaders.

C’est, en effet, au sommet de Sotchi que la décision de retirer de la région d’Idleb les combattants et les armes lourdes a été prise.

2018 a été l’année de la coopération entre la Turquie et la Russie dans le domaine de l’énergie.

Les fondements de la centrale nucléaire d’Akkuyu, le premier projet de la Turquie pour la création d’une centrale nucléaire, ont été jetés le 3 avril.

Un seuil important a été franchi dans le projet TurkStream qui permettra de transporter le gaz naturel russe en Europe via la mer Noire et la Turquie.

Le tronçon maritime du projet a été achevé lors d’une cérémonie à laquelle Recep Tayyip Erdogan et Vladimir Poutine ont participé.

Les premières batteries du système de défense antiaérienne S-400 devraient être livrées à la Turquie en octobre 2019.

Erdogan et Poutine poursuivront cette année leurs entretiens dans le sens du processus du S-400, des autres dossiers sur lesquels les deux pays coopèrent et des développements régionaux.

Le premier entretien de l’année entre les deux dirigeants devrait se dérouler en ce mois de janvier en Russie.



SUR LE MEME SUJET