La Turquie renforce sa défense aérienne

La Turquie poursuit ses efforts à toute vitesse pour développer ses capacités de défense aérienne et antimissile multicouche en utilisant au maximum des moyens nationaux.

1001941
La Turquie renforce sa défense aérienne

La Turquie poursuit ses efforts à toute vitesse pour développer ses capacités de défense aérienne et antimissile multicouche en utilisant au maximum des moyens nationaux.

Elle travaille pour répondre à ses besoins en défense aérienne.

Suivant la Feuille de route sur la Défense aérienne et antimissile, sont constitués des modèles de projet visant à développer la capacité de défense aérienne et antimissile multicouche en utilisant au maximum les moyens nationaux. Dans le cadre d’un modèle national, des travaux sont poursuivis à l’initiative des entreprises turques et si nécessaire, par des soutiens techniques d’entreprises, agences et institutions étrangères.

En outre, des planifications sont faites pour la période de production en série de projets dont la conception et le développement sont terminés et durant laquelle les branches industrielles et les PME seront plus actives. A cette issue, les productions répétées sont prévenues et les capacités des entreprises de l’industrie de défense dont principalement d’ASELSAN et ROKETSAN sont mobilisées. Cela donne une force compétitive au secteur et assure sa continuité.

L’un des objectifs stratégiques de la défense aérienne est de « réaliser des projets qui contribueront à la défense aérienne à multicouche de la Turquie, en mobilisant les moyens et capacités nationaux ».

Dans ce contexte, les méthodes appliquées dans le monde pour le développement et la fabrication de système de défense aérienne sont suivies de près grâce aux travaux de coopération dans les groupes de l’OTAN et les pays membres ainsi qu’une participation aux activités semblables. En tenant compte des nécessités sur les versions de produits à exporter et à utiliser dans le pays, les travaux continuent pour apporter une portée plus grande que 40 km au système HISAR. Le missile air-air qui sera développé dans le cadre du projet Goktug, devrait aussi être intégré au système de sol développé pour HISAR.

Les tests d’intégration du système développé dans le cadre du projet Korkut aux plateformes navales, seront aussi finalisés. Cela permettra de répondre aux besoins du Commandement des forces navales par des systèmes nationaux.

Tests réussis dans HISAR

Les tirs d’essai de missiles antiaérien HISAR, développé sous la coordination du Sous-secrétariat à l’Industrie de défense et en collaboration par ASELSAN et ROKETSAN, sont effectués avec succès. Les missiles de basse altitude (Hisar-A/15 km) et moyenne altitude (Hisar-O/25 km) ont été développés pour protéger les bases militaires, ports, sites et unités contre des menaces aériennes, y compris les avions aux ailes fixes et mobiles, missiles de croisière, missiles air-sol et drones.

Hisar-A devrait entrer en service en 2020 et Hisar-O en 2021.

Korkut protègera aussi en mer

Le système Korkut qui a déjà commencé à être livré aux Forces terrestres, sera utilisé pour la protection des navires de guerre contre les missiles.

Le système Korkut-D qui a été produit comme un prototype, a été intégré au navire de formation TCG S. Mehmetpasa avec le soutien des forces navales. Le système dont les tests sont effectués pourra être utilisé pour protéger les navires contre les fusées.

Les tests ont permis de constater que Korkut-D a identifié, suivi et détruit la cible sans aucune intervention de l’opérateur et éliminé la cible qui s’approchait à grande vitesse à la surface de la mer.

La stratégie de longue portée

Les besoins de la Turquie en missile de défense aérienne et antimissile seront couverts à court terme par les missiles S-400 qu’elle achètera à la Russie.

A moyen terme, la Turquie s’orientera vers des systèmes qui seront développés conjointement par d’autres pays. Elle poursuit ses travaux pour définir une notion de système de défense aérienne plus développée que SAMP-T, en partenariat avec ASELSAN, ROKETSAN et EUROSAM.

A long terme, l’objectif est d’acquérir un système de défense aérienne et antimissile longue portée entièrement local.



SUR LE MEME SUJET