Yildirim : "La feuille de route sur Manbij établie avec les Etats-Unis, est un accord de 90 jours"

Le Premier ministre turc Binali Yildirim a affirmé que les éléments du PYD/YPG, branche syrienne de l’organisation terroriste séparatiste PKK, allaient se retirer de Manbij sous 90 jours

993357
Yildirim : "La feuille de route sur Manbij établie avec les Etats-Unis, est un accord de 90 jours"

Le Premier ministre turc Binali Yildirim s’est exprimé concernant l’accord sur la feuille de route à suivre à Manbij en Syrie, établi entre la Turquie et les Etats-Unis. Il a affirmé que les éléments du PYD/YPG, branche syrienne de l’organisation terroriste séparatiste PKK, allaient se retirer sous 90 jours.

Le chef du gouvernement turc Yildirim a répondu aux questions relatives à l’actualité sur la chaîne Babala TV, qui diffuse sur Youtube.

La feuille de route concernant Manbij et sur lequel un accord a été établi avec les Etats-Unis, est un accord de 90 jours, a-t-il dit.

« Selon le calendrier de la feuille de route, les éléments du PYD/YPG, branche syrienne de l’organisation terroriste séparatiste PKK, devront se retirer de Manbij. Puis les administrations locales qui se trouvent là-bas entreront en activité. Nous sommes parvenus à ce résultat au terme des insistances et des efforts de la Turquie » a assuré le Premier ministre turc.

Il a précisé qu’il n’y était pas question de l’Est ou de l’Ouest de l’Euphrate dans la lutte antiterroriste.

« Quel que soit la provenance de la menace à la Turquie, à notre drapeau, notre pays, notre nation et nos citoyens, nous serons là-bas. Si nous tenons compte de nos expériences du passé, il sera profitable d’être vigilent. Ils [les éléments du PYD/YPG] devaient aussi se retirer d’ici lors de l’administration d’Obama. Ils nous ont fait des promesses mais ils ne les ont pas retirés. A présent nous avons mis cela sur papier. Les paroles s’en volent, les écrits restent. Des signatures ont été apposées, s’ils ne l’appliquent pas, ce sera leur faute. Nous n’allons bien entendu pas dire ‘il n’y a rien à faire, nous n’allons quand même pas nous quereller avec un Etats aussi puissant que les Etats-Unis’, s’ils ne respectent pas leur engagement. Nous ferons ce que nécessitent nos droits et intérêts » a martelé Binali Yildirim.

En réponse à la question : « Si les Etats-Unis disent qu’ils vont bombarder l’Iran et utiliser la base militaire d’Incirlik, allons-nous les autoriser ? », le chef du gouvernement turc Yildirim a rappelé que l’usage de la base d’Incirlik à Adana, n’était uniquement autorisée que pour la lutte antiterroriste.

« Ils ne peuvent jamais et en aucun cas utiliser nos bases militaires pour bombarder un quelconque pays. En dehors de cela, l’Iran est notre pays voisin avec qui nous n’avons jamais fait la guerre depuis la signature il y a 600 ans du traité de Qasr-i-Chirin (17 mai 1639). Il n’est aucunement concevable que nous les soutenions dans une guerre contre notre voisin » a souligné Binali Yildirim.



SUR LE MEME SUJET