Ankara réagit aux critiques du Haut-commissaire aux droits de l'homme concernant les élections

La Turquie a réagi aux critiques dirigées par le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, contre la décision de la Turquie de tenir des élections anticipées

967921
Ankara réagit aux critiques du Haut-commissaire aux droits de l'homme concernant les élections

La Turquie a réagi aux critiques dirigées par le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, Zeid Ra’ad Al Hussein, contre la décision de la Turquie de tenir des élections anticipées.

Le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Hami Aksoy, a répondu par écrit à une question sur la déclaration faite par Al Hussein sur la Turquie.

M. Aksoy a relevé que le Haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme avait de nouveau fait une déclaration partiale.

« Cette déclaration remet en question la décision électorale prise par la Grande Assemblée nationale de Turquie qui représente la volonté du peuple et comprend des propos malheureux sur la manière dont devrait être la gouvernance d’un pays indépendant. Nous ne prenons pas au sérieux cette déclaration qui est totalement politique » a-t-il déclaré.

M. Aksoy a attiré l’attention sur l’application des mesures de l’état d’urgence en Turquie uniquement contre les terroristes et les milieux terroristes.

« Il n’est question d’aucune mesure restreignant les droits et libertés de nos citoyens. L’application de l’état d’urgence n’empêche pas non plus la réalisation d’élections démocratiques. Or, le Haut-commissaire devrait savoir que des élections se sont déroulées en France pendant l’application de l’état d’urgence » a-t-il souligné.

Il a rappelé que la tenue d’élections démocratiques, libres, justes et transparentes, y compris lors du référendum d’avril 2017, a été confirmée par des rapports d’observation internationaux.

« Nous voudrions rappeler entre autres au Haut-commissaire que l’état d’urgence est un droit reconnu aux Etats dans le droit international. Notre pays poursuit la coopération nécessaire avec les organisations internationales conformément à ses engagements concernant les élections du 24 juin » a-t-il évalué.

 



SUR LE MEME SUJET