Cavusoglu: "Si le régime iranien doit changer, c'est au peuple d'en décider"

Le ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré que seuls le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président américain Donald Trump soutiennent les manifestations en Iran

881111
Cavusoglu: "Si le régime iranien doit changer, c'est au peuple d'en décider"

Le ministre des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré que seuls le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président américain Donald Trump soutiennent les manifestations en Iran.

M. Cavusoglu a souligné, à Ankara à l’occasion d’une évaluation de fin d’année devant les journalistes, que les actes de protestation devaient cesser et la stabilité devait être rétablie dans les plus brefs délais en Iran.

Précisant que les pays critiquant l’Iran devaient être sincères et éviter le deux poids deux mesures, le ministre turc a indiqué que « ceux qui prônent la démocratie avaient soutenu le putsch en Egypte en 2013».

Qualifiant de positive la déclaration du président iranien, Hassan Rohani, selon laquelle les Iraniens devaient respecter les lois lorsqu’ils font usage de leur droit de manifester pacifiquement, Mevlut Cavusoglu a souhaité que ce processus prenne fin dans les plus brefs délais.

Il a relevé que seules deux personnes ont soutenu les manifestations en Iran, à savoir Netanyahu et Trump.

Il a souligné que la Turquie s’opposait à une intervention extérieure en Iran.

« Si le régime iranien doit changer, c’est au peuple d’en décider » a-t-il dit.

Les relations turco-européennes étaient également à l’agenda.

« Si l’Union européenne apprend, en 2018, à respecter la Turquie, à la considérer comme étant égale et à nous évaluer dans le cadre de l’adhésion, nos relations seront plus saines. La période de condescendance est révolue. L’UE a commencé à le comprendre » a-t-il évalué.

Il a ajouté que la Turquie souhaitait développer ses relations avec l’Allemagne.

« Je vais rencontrer le ministre allemand des Affaires étrangères Sigmar Gabriel le samedi 6 janvier. Nous n’avons aucun problème avec l’Allemagne. L’Allemagne et d’autres pays en ont, mais nous n’en avons pas été informés » a-t-il dit.

« La cheffe de la diplomatie autrichienne Karin Kneissl m’a appelée pour me transmettre qu’elle souhaitait améliorer les relations. Nous l’avons invitée à Buyukada à Istanbul, nous allons discuter » a-t-il dit.

Il a souligné que l’année 2017 avait été problématique sur l’axe Ankara-Washington.

« Malgré tout, les Etats-Unis sont nos alliés au sein de l’OTAN. Nous devons entretenir de bonnes relations mais cela dépend des Etats-Unis » a-t-il poursuivi.

« Notre objectif est d’accroître le nombre de pays reconnaissant l’Etat palestinien » a-t-il affirmé.

«Concernant la Syrie, les efforts porteront en2018 sur le processus d’une solution politique. Nous avons d’ores-et-déjà commencé à nous entretenir avec tous les acteurs pour la reconstruction de la Syrie après l’aboutissement d’une solution » a-t-il poursuivi.

Il a ajouté qu’une opération pourrait être lancée à tout moment à Afrin.

« L’armée turque est prête à le faire » a-t-il dit.

Indiquant que la Turquie jouera un rôle actif dans la résolution des problèmes régionaux après le référendum illégal sur l’indépendance tenu le 25 septembre dans l’administration régionale kurde d’Irak, Cavusoglu a déclaré que la Turquie était prête à apporter le soutien nécessaire.

Mevlut Cavusoglu a, en dernier lieu, relevé que la Turquie jouera également un rôle actif au Yémen et au Qatar.

 


Mots-clés: #Mevlut Cavusoglu

SUR LE MEME SUJET