Turquie: au centre orthoprothésiste, les victimes syriennes reprennent espoir en 3D

Les réfugiés syriens qui ont perdu un de leurs membres à cause de shrapnels (obus à balles) tirés lors de la guerre civile en Syrie, se raccrochent, malgré tout à la vie, grâce au centre orthoprothésiste de Sanliurfa, en Turquie

840672
Turquie: au centre orthoprothésiste, les victimes syriennes reprennent espoir en 3D

Les réfugiés syriens qui ont perdu un de leurs membres à cause de shrapnels (obus à balles) tirés lors de la guerre civile en Syrie, se raccrochent, malgré tout à la vie, grâce au centre orthoprothésiste de Sanliurfa, en Turquie, où sont utilisés des imprimantes 3D permettant la création de prothèses.

Les réfugiés syriens de Sanliurfa, la ville qui accueille le plus grand nombre de réfugiés en Turquie, bénéficient de soins prodigués par l'initiative commune des associations d'Aide Humanitaire et de Droits et de Libertés de l'Homme (IHH), l'Alliance Internationale des Docteurs (AID) et l'autorité Bayt Al Zakat rattaché au centre Koweït. Les réfugiés ayant perdu leurs membres (jambes ou bras) sont emmenés au centre orthoprothésiste, dans la province centrale de Karaköprü.

Au centre, sont préparés, à titre gracieux, des prothèses pour ceux qui en ont besoin. Les réfugiés soignés bénéficient ensuite d'une rééducation.

Responsable de l'AID de Sanliurfa, Dr Necmi Esiyok, explique, dans une déclaration faite à Anadolu, qu'il s'est donné pour mission d'atténuer les douleurs des réfugiés. "Tous ceux qui le nécessitent, femmes, enfants, hommes, bénéficient des mêmes services sans aucune distinction et l'étape de mise en place de prothèse, est scrupuleusement suivie. - 23 personnes en ont bénéficié. Esiyok ajoute que de nombreuses personnes ont perdu un de leurs membres au cours de la guerre civile et que, c'est pour cette raison, qu'il souhaite apporter sa contribution dans la résolution des problèmes physiques et psychologiques des personnes concernées. « Nous assurons le soutien orthoprothésiste à l'endroit des Syriens par un projet commun et à titre gratuit et nous souhaitons maintenir ce projet sur le long terme », a-t-il insisté.

« Les mesures sont prises automatiquement à l'aide d'imprimantes 3D, une première en Turquie. Nous parvenons à produire des membres conformes au corps de la personne. Jusqu'à ce jour, 23 personnes ont pu bénéficier de ce service », détaille-t-il, précisant que ces services continueront d'être offert aussi longtemps que possible. -Il a obtenu une prothèse à 70 ans. Mustafa Haci, agé de 70 ans et originaire de Tell Abyad, dans la ville de Haseke en Syrie, a eu la chance de recevoir une prothèse au centre, se réjouit-il dans une déclaration à Anadolu.

« Je remercie sincèrement les médecins, grâce à eux j'ai pu retrouver l'usage de ma jambe », raconte Haci, qui avait perdu sa jambe gauche lors d'une attaque à la bombe il y'a deux ans. Renouvelant ses remerciements avec enthousiasme, il ajoute : « Je crois que désormais je pourrais continuer de vivre un peu plus confortablement. Nous sommes reconnaissants envers la Turquie pour tout son soutien.»

Yusuf Tayyar, qui a quant à lui perdu sa jambe droite, attend impatiemment d'obtenir, lui aussi, sa prothèse. « Je suis heureux d'être encore en vie malgré tout ce que j'ai pu vivre... J'ai désormais hâte de découvrir la suite », lance-t-il, le sourire aux lèvres.

AA



SUR LE MEME SUJET