Cavusoglu: La prévention des conflits est la priorité de la politique étrangère turque

Le chef de la diplomatie a rédigé un article à l'occasion de la 4ème Conférence de médiation d'Istanbul, organisée sur le thème «Une diplomatie forte, une médiation efficace»

762112
Cavusoglu: La prévention des conflits est la priorité de la politique étrangère turque

La prévention des conflits est la priorité de la politique étrangère turque, a déclaré le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu.

Le chef de la diplomatie a rédigé un article à l'occasion de la 4ème Conférence de médiation d'Istanbul, organisée sur le thème «Une diplomatie forte, une médiation efficace».

L'article a été publié par la quotidien Daily Sabah, vendredi.

Rappelant que la Turquie accueille cette conférence depuis 2012, Cavusoglu a noté que le but est de rassembler les exécuteurs et les académiciens pour aider la communauté internationale à devenir plus efficace dans les efforts de médiation.

Le ministre a salué la volonté du Secrétaire général des Nations unies (ONU), Antonio Guterres, de développer la capacité de médiation de l'institution, ajoutant: «Les efforts du Secrétaire général sont louables. La Turquie appelle, pour sa part, à soutenir la vision de Guterres afin d'empêcher et de résoudre les conflits actuels. Notre pays assume ses devoirs, d'autant plus qu'il est situé dans une région où des conflits chroniques perdurent. Ainsi, la prévention et la résolution pacifique des conflits sont les priorités de la politique étrangère turque».

Précisant que la Turquie a assumé le rôle de médiateur dans plusieurs régions en Afrique et au Moyen-Orient, mais également dans les Balkans et le Caucase, Cavusoglu a insisté sur le soutien au développement.

La conférence actuelle se penchera sur la manière de canaliser le potentiel de médiation durant toutes les phases d'un conflit.

«Dans une deuxième étape, nous essaierons de trouver les modèles à mettre en œuvre pour que la médiation soit davantage un outil de prévention, dans les cas de différend à base politique, ethnique ou religieuse», a fait savoir Cavusoglu, donnant l'exemple des actes de violence visant les musulmans et les migrants en Europe.

«Dans ce contexte, la 'prévention' devient la clé, a-t-il relevé. Prévenir ces différends n'est possible que quand les peuples explorent, respectent et admettent les différences, et optent pour le dialogue et l'interaction».

Pour le ministre turc, des médiateurs s'étant appropriés correctement des règles de comportement culturel pourront gérer ces cas.

Il a conclu en appelant la communauté internationale à se pencher davantage sur la question de la médiation et a souhaité la bienvenue aux participants à la conférence.

 

AA



SUR LE MEME SUJET