Kalin réagit contre les explications provocatrices en Allemagne sur le président Erdogan

Ibrahim Kalin a fait savoir que les explications des politiciens allemands sur le président Recep Tayyip Erdogan étaient les indicateurs les plus concrets des deux poids deux mesures en Europe

761654
Kalin réagit contre les explications provocatrices en Allemagne sur le président Erdogan

Le secrétaire général adjoint de la présidence et porte-parole Ibrahim Kalin a fait savoir que les explications des politiciens allemands sur le président Recep Tayyip Erdogan étaient les indicateurs les plus concrets des deux poids deux mesures en Europe.

Dans un communiqué sur le sujet, M. Kalin affirme que les explications provocatrices et de mauvaise foi de certains politiciens allemands avant la visite qu’effectuera le président Erdogan à Hambourg pour le sommet des leaders du G-20, sont inacceptables.

« Les obstacles posés pour empêcher la rencontre de notre président de la République avec nos citoyens par ceux qui veulent faire la leçon à la Turquie au sujet de la démocratie, des libertés et des droits de l’homme à chaque occasion et qui protègent les organisations terroristes, les putschistes et les criminels, sont les indicateurs les plus concrets des deux poids deux mesures qui dominent en Europe » précise M. Kalin dans sa déclaration.

M. Kalin a dit attendre de ces personnes qui prétendent croire en la démocratie, d’être aux côtés de l’Etat et du peuple au lieu de soutenir ceux qui souhaitent éliminer la démocratie turque.

« Les efforts observés pour empêcher par de vaines raisons, une rencontre avec les citoyens turcs de notre président de la République qui suit une approche constructive malgré tous les faits négatifs avec l’Europe, sont contraires aux relations amicales et l’alliance. Nous espérons que les autorités allemandes ne répéteront pas les mêmes erreurs que celles pendant le processus référendaire et rappelons une fois encore par cette occasion que les relations turco-allemandes vieilles de plusieurs siècles ne doivent pas être sacrifiées pour des calculs politiques de court terme » souligne M. Kalin.



SUR LE MEME SUJET