Le président Erdogan se rend aujourd’hui à Sotchi pour rencontrer son homologue russe Poutine

Le président de la République Recep Tayyip Erdogan se rend aujourd’hui à Sotchi à l’invitation spéciale de son homologue russe Vladimir Poutine

724717
Le président Erdogan se rend aujourd’hui à Sotchi pour rencontrer son homologue russe Poutine

5e rencontre depuis la crise engendrée par l’abat du chasseur russe le 15 novembre 2015 après avoir violé la frontière.

Le président de la République Recep Tayyip Erdogan se rend aujourd’hui à Sotchi à l’invitation spéciale de son homologue russe Vladimir Poutine.

M. Erdogan qui se rend aujourd’hui à Sotchi après St-Pétersbourg, la Chine, Istanbul et Moscou, aura un entretien « critique » avec M. Poutine.

Plusieurs entretiens avaient eu lieu entre les Premiers ministres et ministres des deux pays principaux de la région notamment sur la crise syrienne et d’importantes démarches avaient été lancées pour mettre fin aux ennuis rencontrés particulièrement dans le tourisme et l’agriculture.

La volonté de retourner au niveau d’avant la crise de l’avion dans le commerce bilatéral est souvent exprimée par les deux leaders mais il n’est pas possible de dire que cette volonté se manifeste entièrement dans les cadres inférieurs.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexeï Meshkov avait indiqué la semaine dernière que son pays était disposé à assurer des facilités dans le régime des visas aux ressortissants turcs dans certaines catégories.

Par ailleurs les relations économiques entre les deux pays connaissent une normalisation malgré les interdictions qui continuent toujours.

Selon des données de l’Agence turque des statistiques (TUIK), l’exportation de la Turquie vers la Russie s’est élevé à 498,1 millions de dollars au premier quart de 2017, soit une hausse de 40,9% par rapport à 2016.

La Turquie qui est en même temps un des plus grands acheteurs de produits agricoles russes, a importé 4,7 millions de tonnes de produits agricoles russes.

Le ministre russe de l’Agriculture, Alexandre Tkhachev a dit que les deux pays étaient proches d’un accord qui satisferait les deux parties.

Il avait précisé que les entretiens continuent avec les responsables turcs et espéré que la « logique » l’emporte finalement.



SUR LE MEME SUJET