La ministre turque dénonce le traitement "inhumain" qui leur a été réservé aux Pays-Bas

La ministre turque de la Famille et des Politiques sociales, Fatma Betul Sayan Kaya, a déclaré avoir été exposée à un traitement très rude et sévère aux Pays-Bas

689727
La ministre turque dénonce le traitement "inhumain" qui leur a été réservé aux Pays-Bas

La ministre turque de la Famille et des Politiques sociales, Fatma Betul Sayan Kaya, a déclaré avoir été exposée à un traitement très rude et sévère aux Pays-Bas.

Fatma Betul Sayan Kayan dont l’accès au consulat turc de Rotterdam a été interdit, est retournée par jet privé à Istanbul. Elle a tenu une conférence de presse avec le ministre de l’Energie et des Ressources naturelles Berat Albayrak à l’aéroport Ataturk d’Istanbul.

Elle a déclaré s’être rendue aux Pays-Bas en tant que ministre détenant un passeport diplomatique.

« Le territoire du consulat est le territoire de la Turquie. Nous n’avons pas à demander une autorisation pour y accéder » a-t-elle déclaré.

« Nos véhicules ont été arrêtés à 30 mètres du consulat, le consul n’a pas été autorisé à sortir du bâtiment pour nous rencontrer. Nous avons été exposés à un traitement inhumain, immoral. Nous avons passé une nuit très triste aux Pays-Bas, qui parlent de démocratie, de liberté, de liberté d’expression » a-t-elle dit.

Elle a relevé que le chargé d’affaires et cinq autres personnes ont été placés en garde à vue.

La ministre a indiqué qu’ils ont été emmenés dans un commissariat de police près de la frontière allemande où ils ont dû patienter pendant une heure et demie. Ils ont à nouveau subi un traitement très rude. « Ils ne nous ont pas laissé assouvir nos besoins les plus élémentaires » a-t-elle déploré.

« Hier, toutes les libertés ont été suspendues aux Pays-Bas, la liberté d’expression et la liberté de réunion ont été piétinées. Les policiers ont attaqué les gens avec leurs chiens, les membres de la presse ont été attaqué dans un pays qui parle de liberté de la presse » a relevé la ministre.

Fatma Betul Sayan Kaya a relevé qu’ils ont décrété l’état d’urgence pour la nuit écoulée.

« Ils ont décrété l’état d’urgence pour empêcher une ministre de rencontrer ses concitoyens sur ses propres terres. Nous condamnons ces événements » a-t-elle déclaré, précisant que l’Europe continuait de soulever des questions sur l’état d’urgence décrété en Turquie après la tentative de coup d’Etat du 15 juillet qui avait visé l’intégrité territoriale de la Turquie.

De son côté, le ministre turc de l'Énergie et des Ressources naturelles, Berat Albayrak, a déclaré, après avoir accueilli Fatma Betul Sayan Kaya, à l’aéroport d’Istanbul : « La nuit dernière entache de honte les Pays-Bas et la démocratie européenne, en particulier sur le plan des droits de l’homme et des libertés ».

Il a ajouté : « Dans ce continent, berceau de la démocratie, tous les accords internationaux et le droit international ont été piétinés au vu et au su du monde entier, la nuit dernière ».

« La Turquie est un grand et puissant Etat. Je confirme à nos concitoyens dans le pays et au-delà, que nous prendrons les mesures nécessaires face au scandale diplomatique néerlandais, dans le cadre de la démocratie et du droit international », a affirmé le ministre.

Albayrak a poursuivi : « Je ne sais pas s’il est suffisant de considérer ce qui s’est passé la nuit écoulée comme relevant du fascisme et du nazisme. Je laisserai l’opinion publique en juger ».

Le gouvernement néerlandais a interdit les visites du ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu, et de la ministre de la Famille et des Politiques sociales, Fatma Betul Sayan Kaya.

Les deux ministres turcs devaient rencontrer des représentants de la communauté turque, ainsi que des diplomates de leur pays.

Tôt dimanche matin, la police néerlandaise a dispersé par la force des manifestants turcs qui se sont rassemblés pour protester contre la mesure prise par les autorités des Pays-Bas.

Le gouvernement turc a condamné le scandale diplomatique néerlandais, et a demandé à l'ambassadeur des Pays-Bas en congé en dehors de la Turquie, de ne pas reprendre ses fonctions à Ankara pour un certain temps.

 

 

TRT/AA



SUR LE MEME SUJET