"L’organisation qui frappe l’Europe est considérée terroriste et non celle qui ne la touche pas"

Omer Celik a déclaré que Daesh aurait été éradiqué si la communauté internationale dont les Etats-Unis en tête, avait livré les armes lourdes aux opposants syriens et non aux membres du YPG, branche syrienne de l’organisation terroriste séparatiste PKK

679182
"L’organisation qui frappe l’Europe est considérée terroriste et non celle qui ne la touche pas"

Le ministre turc des Affaires européennes et négociateur en chef Omer Celik a déclaré que Daesh aurait été éradiqué si la communauté internationale dont les Etats-Unis en tête, avait livré les armes lourdes aux opposants syriens et non aux membres du YPG, branche syrienne de l’organisation terroriste séparatiste PKK.

Faisant des déclarations lors de sa visite en Pologne, Omer Celik a affirmé que l’un des principaux problèmes dans la lutte antiterroriste est le soutien de la communauté internationale dont en tête les Etats-Unis, qui livre des armes aux PYD/YPG qu’il qualifie de seule ‘force terrestre’ en Syrie.

« S’ils avaient livré aux opposants syriens les armes lourdes et les véhicules blindés qu’ils ont livrés au YPG, il ne resterait ni Daesh ni besoin de coopération avec une organisation terroriste » a reproché Omer Celik.

M. Celik a également fait part des attentes de la Turquie du président de l’administration régionale kurde d’Irak Massoud Barzani qui s’est réuni avec le Premier ministre turc Binali Yildirim le weekend précédent à Munich et qui devrait réaliser une visite à Ankara ce weekend.

« Premièrement nous ne pouvons pas fermer les yeux et autoriser que Sinjar devienne un second Qandil. Nous attendons de nos amis qu’ils soient sensibles à ce sujet » a affirmé Celik soulignant que deuxièmement, il faut empêcher que le PKK qui se montre comme un groupe laïque, se comporte comme s’il était le leader des groupes chrétiens du Moyen Orient et gagne de la sympathie en Occident.

« En réalité le fait que nous nous sommes entretenus avec Saleh Muslim dans le passé, que nous lui ayons rappelé que le PYD devait s’arrêter à un point déterminé, montrent que nous ne nous approchons pas avec des préjugés contre un quelconque mouvement kurde en Syrie. Mais après cela, le PYD qui a choisi son côté en renforçant ses liens organiques avec le PKK, a lancé des démarches menaçant la Turquie, nous ne pouvons pas autoriser cela » a ajouté Celik soulignant que la Turquie a tenu de temps à autres des approches différentes dans ses relations avec le PYD/YPG. Il a rappelé que dans le passé le leader du PYD Saleh Muslim avait été invité à Ankara pour des entretiens.

Le ministre des Affaires européennes s’est également exprimé contre le deux poids deux mesures de l’Europe au sujet des organisations terroristes. Il a précisé que les institutions européennes ont présenté leur solidarité avec la Turquie à la suite des attaques perpétrées par Daesh en mettant des drapeaux turcs sur leur bâtiment, mais qu’aucune solidarité n’a été exprimée à la suite d’aucune attaque du PKK malgré qu’elle ait perpétré des attentats bien plus sanglants.

« Alors nous arrivons à cette définition. L’organisation qui frappe l’Europe est une organisation terroriste, et celle qui ne la touche pas n’est pas considéré comme organisation terroriste » a dit M. Celik.



SUR LE MEME SUJET