Des dizaines de personnes coincées à Istanbul en raison du décret anti-immigration de Trump

La confusion qui a commencé à l’aéroport Ataturk d’Istanbul à la suite du décret anti-immigration signé par le président américain et qui touche les citoyens de 7 pays majoritairement musulman, s’est poursuivi lundi

662413
Des dizaines de personnes coincées à Istanbul en raison du décret anti-immigration de Trump

Des dizaines de personnes ont été coincées à l’aéroport Atatürk d’Istanbul en raison du décret anti-immigration signé par le président américain Donald Trump.

L’aéroport Ataturk d’Istanbul est un point de transit important pour les passagers venant du Moyen-Orient et souhaitant se rendre en Europe et aux Etats-Unis.

Des dizaines de personnes n’ont pas pu prendre leurs vols pour les Etats-Unis depuis vendredi, date à laquelle le président américain Donal Trump a signé le décret anti-immigration.

La confusion qui a commencé à l’aéroport Ataturk d’Istanbul à la suite du décret anti-immigration signé par le président américain et qui touche les citoyens de 7 pays majoritairement musulman, s’est poursuivi lundi.

Les responsables de l’aéroport ont fait savoir qu’ils ont été contraints de stopper le voyage d’une dizaine de personnes à cause de l’interdiction.

Le président américain Donald Trump a signé un décret anti-immigration (de 4 mois) interdisant l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays majoritairement musulmans (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen), y compris ceux ayant une double nationalité, a été critiqué, plus ou moins directement, par de nombreux dirigeants dans le monde.

Du point de vue géographique la Turquie se trouve proche de ces quatre pays. Les passagers venant de ces 4 pays qui souhaitent se rendre en Europe et aux Etats-Unis, empruntent fréquemment l’aéroport Ataturk d’Istanbul comme point de transit.

Entretemps, l’Assemblée de l’Irak qui figure sur la liste des pays interdits, a décidé de répondre au décret de Trump.

Le vote n’est pas contraignant et il n’est pas encore définitif que le gouvernement et le Premier ministre adopte une interdiction de voyage en Irak contre les citoyens américains.

Près de 5000 soldats américains sont toujours déployés en Irak. Par ailleurs, un grand nombre de bénévoles, sous-traitants et journalistes américains, pourrait être affecté par une telle décision.



SUR LE MEME SUJET