Erdogan: “Si un leader se cache derrière un rocher, le peuple se cachera derrière une montagne”

Deuxième partie du reportage accordé par le président Erdogan à la chaine israélienne

615329
Erdogan: “Si un leader se cache derrière un rocher, le peuple se cachera derrière une montagne”

Le président Recep Tayyip Erdogan a évalué la tentative de coup d’Etat du 15 juillet sur la chaîne privée Channel 2.

« Le 15 juillet, nous nous préparions à retourner de Marmaris. Le soir, la première personne que j’ai appelée a été le Premier ministre. Mais je n’ai pas réussi à joindre le chef des renseignements, ni le chef d’Etat-major des armées. Je me suis dit par la suite, qu’il faut faire une annonce à tout le peuple via FaceTime » a déclaré Erdogan.

« Avez-vous pensé que les F-16 des putschistes pouvaient frapper votre avion lors de votre retour de Marmaris vers Istanbul » a demandé la présentatrice Ilana Dayan.

« Oui, ça nous est venu à l’esprit. Mais nous, nous nous sommes préparés à ce bas-monde comme si nous n’allions jamais mourir, et au monde infini comme si nous allions mourir à chaque instant. Si un leader se cache derrière un rocher, alors son peuple se cachera derrière une montagne. C’est pourquoi un leader doit toujours se tenir droit, se tenir en avant pour que son peuple le suive et ne se cache pas derrière la montagne » a estimé le président turc.  

« Si vous me le permettez, je veux passer aux questions difficiles », a alors affirmé la présentatrice. Sur ce, M. Erdogan a répliqué : « Est-ce que celles posées jusqu’à maintenant étaient faciles ? ».

« La Turquie a vécu de nombreux coups d’Etat et en a payé un douloureux prix à chaque fois. Mais la nation n’a jamais montré la réaction qu’elle a montrée lors de cette tentative. Pour la première fois, un coup d’Etat a été repoussé par la nation. C’est l’organisation terroriste guléniste FETÖ qui est l’auteur de cette tentative. Elle a cherché à s’emparer de toutes les institutions durant 40 ans, les forces armées, la police, la justice, les ministères, etc. » a indiqué Erdogan en réponse aux critiques selon lesquelles la réaction concernant la tentative de coup d’Etat avait été exagérée.

Et d’ajouter : « Qui sait qu’allait faire d’autre cette organisation terroriste ? Qui sait quels préjudices elle allait porter à notre armée, à notre police ou aux autres ministères. Plus nous investiguons, plus leurs mensonges ou sournoiseries apparaissent. Et à chaque fois nous sommes obligés de les nettoyer. »

 



SUR LE MEME SUJET