Albayrak: "La première partie du gazoduc Turkish Stream sera achevée en 2019"

«Le gaz naturel de Méditerranée orientale est une bonne alternative tant pour la Turquie que pour la région", a notamment déclaré le ministre turc de l'Energie, Berat Albayrak

597441
Albayrak: "La première partie du gazoduc Turkish Stream sera achevée en 2019"

Le ministre turc de l’Energie et des Ressources naturelles, Berat Albayrak, a déclaré que la première partie du gazoduc Turkish Stream devrait être construite et mise en fonction en 2019.

Albayrak était l’invité, mercredi, des éditorialistes de l’Agence Anadolu. Il a répondu aux questions relatives aux sujets énergétiques de la Turquie mais aussi sur l’actualité régionale.

Il s’est d’abord exprimé sur le projet de gazoduc turco-russe, Turkish Stream, pour lequel un accord a été signé entre les deux pays le 10 octobre courant, lors de la visite en Turquie du président russe Vladimir Poutine.

«Turkish Stream est un projet qui répond à nos critères et dans lequel les deux parties seront gagnantes. Dans cette perspective, nous avons apporté des améliorations à ce projet», a-t-il fait savoir.

Le ministre turc a rappelé que le projet comporte deux étapes : la première reliant les réseaux russe et turc, et la seconde, prévoyant un deuxième gazoduc jusqu’en Europe.

"Le second gazoduc du projet Turkish Stream concerne le marché européen. Turkish Stream a pour vocation de minimiser l'impact d'éventuelles crises sur le réseau occidental de la Turquie. Les travaux débuteront en 2017 et la première partie devrait être achevée en 2019", a-t-il expliqué.

Berat Albayrak est également revenu sur la volonté israélienne de coopérer avec la Turquie pour faire acheminer son gaz vers l’Europe.

«Le gaz naturel de Méditerranée orientale est une bonne alternative tant pour la Turquie que pour la région. Nous avons une approche positive sur ce sujet. Des avancées pourront voir le jour dans les mois prochains», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, Albayrak a rappelé que la Turquie travaille sur les moyens d’approvisionner Gaza en électricité.

«Nous travaillons sur certains projets. Nos interlocuteurs sont plutôt positifs. Nos équipes techniques travaillent sur la question», a-t-il dit.

Par la suite, le ministre est revenu sur le projet de construction d'une centrale nucléaire à Akkuyu (sud), pour lequel un accord a été signé avec la Russie.

"Notre accord pour la construction de la centrale nucléaire d'Akkuyu avec la Russie prévoit la vente d'une partie des actions de ce projet. Nous savons que des discussions ont lieu avec une tierce partie dans ce sens. Les travaux pour accélérer la construction se poursuivent", a-t-il indiqué concernant une éventuelle cession de parts par la Russie.

Enfin, le ministre s’est exprimé sur les questions régionales, notamment sur le rôle de la Turquie dans les opérations de libération de Mossoul en Irak.

Il a dénoncé les déclarations de certains pays, particulièrement du gouvernement central irakien, s’opposant à la participation de la Turquie aux opérations.

"Il n'est pas envisageable que la Turquie soit mise à l'écart alors que toutes les politiques relatives à cette question sont débattues. Ce n'est plus un problème régional mais mondial. Que personne ne cherche à minimiser l'intelligence de ce peuple", a-t-il lancé.

AA



SUR LE MEME SUJET