Erdogan: « Nous serons à la table pour l’opération de Mossoul»

« Ils veulent tenir la Turquie à l’écart de l’opération de Mossoul car ils savent qu’elle empêcherait un conflit interconfessionnel" a déclaré Recep Tayyip Erdogan

591151
Erdogan: « Nous serons à la table pour l’opération de Mossoul»

Le président de la République Recep Tayyip Erdogan a réagi sévèrement à ceux qui s’opposent à l’entrée de la Turquie à Mossoul.

« Nous serons à la table pour l’opération de Mossoul» a-t-il dit.

« Comment la Turquie pourrait-elle ne pas entrer à Mossoul, alors qu’elle partage 350 km de frontières avec l’Irak ? » s’est-il interrogé.

« Ils veulent que seuls ceux qu’ils ont invité y aillent. Avez-vous pu dire à ceux qui n’étaient pas invités il y a 14-15 ans (sous-entendant l’occupation américaine), de ne pas venir ? » a-t-il renchéri.

Le Président turc a évoqué l’opération lancée à Mossoul en Irak contre le groupe terroriste Daesh dans un discours prononcé au Congrès international du droit à Istanbul.

M. Erdogan a signalé la présence d’une menace terroriste contre la Turquie en provenance de Mossoul, réitérant que les soldats turcs déployés sur la base militaire de Bashika à Mossoul y resteront.

Précisant que les militaires turcs procédaient dans ce camp à la formation des forces de l’ordre irakiennes et des Peshmergas afin de lutter contre le groupe terroriste Daesh, M. Erdogan a souligné que c’est grâce à cette équipe que l’opération de Mossoul a lieu aujourd’hui.

« Ils veulent tenir la Turquie à l’écart de l’opération de Mossoul car ils savent qu’elle empêcherait un conflit interconfessionnel… Nous n’accepterons pas de conflits entre Sunnites et Chiites. L’armée irakienne est constituée de Chiites. Lorsqu’ils seront à Mossoul, ils frapperont les Sunnites. Excusez-nous, mais nous ne pourrons accepter un conflit interconfessionnel » a-t-il dit.

« En prétextant Daesh, ils ont dévasté la Syrie et l’Irak. S’ils le voulaient, ils pourraient immédiatement en finir avec Daesh » a déclaré Recep Tayyip Erdogan, relevant que cette mentalité qui procure des armes au PYD, la branche syrienne de l’organisation terroriste et séparatiste PKK ne pourrait pas lutter contre le terrorisme.

M. Erdogan a donné un message clair à Washington, lui demandant d’accomplir son engagement à retirer de Minbij en Syrie les terroristes membres du PYD et du YPG.

« 95% des habitants sont des Arabes. Ce matin-même, ce message a circulé. Si vous ne nettoierez pas cet endroit du PYD et du YPG, notre partenariat prendra fin » a-t-il averti.



SUR LE MEME SUJET