Erdogan: Le cessez-le-feu en Syrie est un «bébé mort-né»

Le président turc estime que le régime de Bachar al-Assad est responsable de l’attaque, lundi, contre le convoi des Nations Unies qui a fait plusieurs morts parmi les travailleurs humanitaires

576002
Erdogan: Le cessez-le-feu en Syrie est un «bébé mort-né»

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a qualifié, vendredi, de «bébé mort-né» le cessez-le-feu d’une semaine en Syrie qui s’est terminé de manière catastrophique, lundi dernier, sans distribution d’aides humanitaires et avec le bombardement d’un convoi des Nations Unies.

«Malheureusement, c’est un bébé mort-né» a déclaré le président turc au journaliste de la chaîne américaine NBC, Ayman Mohyeldin, lorsque celui-ci l’a interrogé sur l’échec de l’accord de cessation des hostilités américano-russe.

«Une période de 48 heures [de cessez-le-feu] a été amorcée, puis une période d’une semaine a été discutée dans le cas où ces 48 heures seraient une réussite, mais cela n’est jamais arrivé. La cessation des hostilités a été interrompue de manière significative» a-t-il expliqué.

Erdogan a également déclaré que le régime de Bachar al-Assad est responsable de l’attaque, lundi, contre le convoi humanitaire des Nations Unies qui a fait plusieurs morts parmi les travailleurs humanitaires.

Au début de la semaine courante, les Etats-Unis ont déclaré tenir la Russie, plus proche allié d’al-Assad, pour responsable de cette attaque, soit en l’ayant directement menée soit en n’ayant pas empêché les forces du régime syrien de la mener.

Le président turc a en outre réaffirmé la nécessité pour Ankara qu’une zone d'exclusion aérienne soit établie sur certaines parties de la Syrie.

Erdogan a affirmé que l’objectif est de sécuriser une zone de 4000 à 5000 Km2 dans le nord de la Syrie, où seront construites des installations permettant d’accueillir les réfugiés syriens en Turquie, désireux de retourner à leur pays d’origine, où ceux qui tentent de fuir les effusions de sang, dans le pays.

 

AA



SUR LE MEME SUJET