Erdogan fait part d'une éventuelle opération des Forces armées turques en Irak

Le président Recep Tayyip ERdogan a répondu aux questions des journalistes dans l’avion lors du vol de retour en Turquie à l’issue du sommet du G20 en Chine.

566730
Erdogan fait part d'une éventuelle opération des Forces armées turques en Irak

« Le président américain Barack Obama a demandé la coopération de la Turquie pour éradiquer le terrorisme à Raqqa, en Syrie. Nous avons convenu de mettre en contact nos autorités militaires à ce sujet. Les démarches à suivre seront déterminées lors de ces entretiens. Cependant, nous, nous sommes dorénavant contraints de montrer notre présence dans la région. Si nous faisons marche arrière, alors les organisations terroristes comme Daesh, le PKK, le PYD et l’YPG s’installeront dans ces régions » a estimé Erdogan.

Précisant qu’il y avait des risques similaires en Irak, Erdogan a donné le signal d’une éventuelle opération.

« Là-bas aussi le PKK essaie de se faire une place. Il y a des Turkmènes à Mossoul et au nord, à Tall’afar. Nous ne savons pas ce qui peut arriver demain dans ces régions » a averti le président turc.

Par ailleurs, Erdogan a affirmé que l’armée turque était bien plus puissante et déterminée par rapport à la période précédant la tentative de coup d’Etat du 15 juillet.

« Il y a eu des arrestations durant le processus du 15 juillet, mais notre armée est devenue plus puissante. Nos soldats ont gagné confiance en soi. L’opération à Jérablus était le signe le plus important de notre détermination. Et nous avons mené à bien cette opération avec nos forces spéciales et nos autres troupes militaires » s’est félicité Erdogan.

D’autre part, le président Erdogan a fait savoir qu’il avait abordé avec Obama lors du sommet du G20, l’extradition du chef de l’organisation terroriste guléniste FETÖ.

« J’ai dit ‘cet homme continue de mener ses entretiens et accordé des reportages dans sa résidence construite sur un terrain de 40 hectares.’ Nous avons un accord d’extradition entre nos deux pays. L’article 10 note la nécessité de tenir en garde à vue le chef de FETÖ jusqu’à ce que le tribunal donne son jugement. Soit vous devez nous le restituer soit le placer en garde à vue » a souligné Erdogan.



SUR LE MEME SUJET