Ibrahim Kalin: "La normalisation des relations avec Israël et la Russie contribuera à la région"

Un article rédigé par le porte-parole de la présidence Ibrahim Kalin.

522802
Ibrahim Kalin: "La normalisation des relations avec Israël et la Russie contribuera à la région"

Cette semaine, il y a eu deux initiatives diplomatiques historiques qui amélioreront les liens de la Turquie avec Israël et la Russie et le temps montrera que les deux accords auront un effet positif sur la région.

La Turquie a pris deux mesures importantes cette semaine pour normaliser les relations avec Israël et la Russie. Ce développement majeur aura des conséquences importantes pour la politique étrangère de la Turquie et la paix et la stabilité régionales. Ce développement peut potentiellement aider à résoudre deux anciens problèmes, à savoir ceux de la Palestine et la Syrie ainsi que la lutte contre le terrorisme du PKK et de DAESH.

Après un long processus de négociations qui s’étend sur une période de près de six ans, les responsables turcs et israéliens ont signé le 29 juin 2016, un accord pour normaliser les relations entre la Turquie et Israël. Pour la Turquie, l’accord remplit ses deuxième et troisième conditions, c'est-à-dire, des compensations pour les familles de ceux qui furent tués durant l’attaque israélienne contre le navire Mavi Marmara et l’assouplissement du blocus sur Gaza. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait déjà présenté des excuses à la Turquie en 2013 dans une conversation téléphonique avec le Président Recep Tayyip Erdoğan et en présence du président américain Barack Obama.

L’accord de normalisation ouvre un nouveau chapitre dans deux domaines importants qui ont une importance géopolitique énorme : les relations turco-israélienne et la situation à Gaza. Les deux parties ont convenu de commencer le processus de nomination des ambassadeurs et de relancer les relations économiques et touristiques. Ainsi, nous assisterons à une activité nouvelle dans les relations bilatérales. Mais tout aussi importante est la situation potentiellement nouvelle à Gaza. Car cette entente permettra à la Turquie d’envoyer des aides humanitaires et civiles (nourriture, des fournitures médicales, etc.). En fait, le navire de secours est déjà en route vers le Port d’Ashdod pour livrer les aides à la population de Gaza pendant l’Aïd al-Fitr au nom du peuple turc.

En outre, la Turquie voit une opportunité majeure dans la garantie de la partie israélienne pour améliorer les conditions de vie à Gaza. Cela va commencer par l’augmentation de la quantité d’électricité et d’eau donnée à la population de Gaza tous les jours. Le manque d’électricité et d’eau a été un problème majeur dans la bande de Gaza, touchant tout, de la santé à l’agriculture. Une équipe d’experts techniques se rendra à Gaza pour étudier l’infrastructure existante de l’eau et d’électricité et les travaux débuteront bientôt. La Turquie terminera également ses projets en cours, y compris l’hôpital de Gaza et les logements sociaux pour les personnes dont les maisons ont été détruites dans la dernière attaque contre Gaza.

Il est à espérer que la population de Gaza verra les résultats palpables du nouvel accord de la Turquie et Israël dans leur vie quotidienne. La Turquie est prête à le faire et les responsables israéliens verront l’importance de cela. Sur le plan politique, la Turquie continuera à soutenir les droits du peuple palestinien à avoir un État indépendant et la fin à l’occupation, qui a été la source la plus dévastatrice de la guerre, de conflit et de souffrance. La Turquie continuera à avoir des relations avec tous les groupes palestiniens et à aider tous les Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza. En normalisant les relations avec Israël, la Turquie aura également plus de chance de contribuer au processus de paix et éviter des tensions inutiles et les pertes en vies humaines. Ceci est valable pour la situation très critique et sensible dans et autour de Masjid al-Aqsa à Jérusalem.

La deuxième nouvelle majeure de cette semaine a été le processus de normalisation avec la Russie. Ce fut une surprise pour beaucoup, mais le travail était en cours depuis plusieurs mois pour surmonter la crise depuis l’abat de l’avion russe en novembre 2015. Une diplomatie efficace a travaillé et président Erdoğan a envoyé une lettre à son homologue russe Vladimir Poutine exprimant son regret et la tristesse pour la mort du pilote russe. Les deux dirigeants ont pris une démarche courageuse à normaliser les relations entre les deux pays clés dans la région.

Après que l’avion russe ait été abattu, la Turquie a adopté une approche constructive et réconciliatrice. Maintenant cela a été récompensé par le mouvement rapide du président Poutine pour lever toutes les sanctions économique et touristique contre la Turquie – une bonne nouvelle qui a été célébrée par les milieux d’affaires et les citoyens ordinaires des deux côtés.

En plus de l’économie, les résultats clés du nouveau chapitre dans les relations turco-russes concerneront l’avenir de la guerre de Syrie et la lutte contre le terrorisme. Dans leur conversation téléphonique, le 29 juin, les présidents Erdoğan et Poutine ont convenu de travailler sur ces deux questions et chargé leurs équipes d’assurer le suivi. C’est une évolution importante et aura des conséquences majeures sur la situation qui s’aggrave en Syrie où le cessez-le-feu ne tient pas et le régime refuse de parler de la transition politique - les deux éléments clés des processus axés sur les Nations Unies de Vienne et de Genève. La position de la Turquie sur la guerre de Syrie et de l’avenir de Béchar Assad est bien connue. Un effort renouvelé entre la Turquie et la Russie auront la possibilité de contenir la situation en Syrie. Cela aidera également la Turquie à lutter plus efficacement contre le terrorisme DAESH en provenance des terres syriennes.

Ce n’est pas une coïncidence que l’attaque terroriste contre l’aéroport International Atatürk d’Istanbul soit survenue un jour après la signature des accords avec Israël et la Russie. DAESH est certainement contre les deux accords et considère la Turquie comme une cible stratégique. La Turquie continuera à prendre des mesures fermes contre cette organisation terroriste et à coordonner ses efforts avec les Etats-Unis et la Russie.  

L’initiative de la Turquie à normaliser les relations avec Israël et la Russie est opportune et basée sur des principes d’intérêt mutuel et de respect, de coopération régionale, de paix et de sécurité. Compte tenu de la situation traumatique au Moyen-Orient et dans le monde entier, cette démarche qui nous permettra de respirer était certainement nécessaire pour aborder un certain nombre de questions urgentes et pressantes.



SUR LE MEME SUJET