INCIDENTS DE 1915 : DECLARATION CONJOINTE DES PARTIS TURCS

Le projet de résolution qui sera traité par le Bundestag allemand concernant les événements de 1915

INCIDENTS DE 1915 : DECLARATION CONJOINTE DES PARTIS TURCS

 

GRANDE ASSEMBLÉE NATIONALE DE TURQUIE

COMMISSION DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES

 

Déclaration conjointe publiée par les membres du Parti de la justice et du développement, du Parti républicain du peuple et du Parti d’action nationaliste de la Commission des Affaires Étrangères de la Grande Assemblée Nationale de Turquie, au sujet du projet de résolution qui sera traité par le Bundestag allemand concernant les événements de 1915   

Nous venons d’apprendre avec regret que l’assemblée parlementaire de la République fédérale d'Allemagne allait voter, le 2 juin 2016,  un projet de résolution appuyant les assertions du «génocide» arménien infondé. Nous rejetons et condamnons fermement ce projet de résolution qui falsifie les réalités historiques sur les événements de 1915 et incompatible avec le droit. 

Présenter comme un «génocide» les événements ayant causé de grandes souffrances mutuelles pour les Turcs et les Arméniens 101 années avant cela dans des circonstances très particulières lors de la Première Guerre Mondiale, en traitant ces événements de façon partiale, déformée et selon divers motifs politiques subjectifs, est absolument inacceptable. Vouloir justifier ce projet qui est l’un des pires exemples montrant la politisation et l’abus de nos jours des événements en question, par des explications risibles telles que la «responsabilité historique particulière de l’Allemagne» ou «soutenir les Turcs et les Arméniens dans la recherche de voies pour la conciliation et la paix en surmontant les abimes du passé», est une initiative prise en compte par personne.

Le génocide n’est pas un terme pouvant être exploité à des fins politiques, il s’agit d’un crime clair et avéré selon la définition dans le droit international. Il n’existe aucune décision d’un tribunal compétent qualifiant de «génocide» les événements de 1915, de même que l’impossibilité de parler de l’existence d’une quelconque entente à ce sujet a été notamment confirmée par la résolution de la Cour européenne des droits de l’homme du 15 octobre 2015 dans l’affaire Perinçek/Suisse. Nous avons la  conviction que l’initiative de l’assemblée parlementaire de la République fédérale d'Allemagne de vouloir produire un avis officiel indiscutable au sujet des événements de 1915 et de l’imposer, en contradiction avec la jurisprudence du droit international et européen, sera tôt ou tard interrogée aux yeux du peuple allemand représenté par cette assemblée.    

De plus, l’appel de l’assemblée fédérale à vouloir imposer cette narration falsifiée aux jeunes générations par l’intermédiaire du système d’éducation en ignorant les pensées et la mémoire des  centaines de milliers de citoyen allemand d’origine turque, aussi représentés par cette assemblée, est un acte d’ignorance de la liberté de pensée et d’expression. Le fait de s’efforcer à offenser l’auto-identité de la communauté turque de 3 millions en Allemagne ne peut être expliqué par le motif selon lequel ce projet «contribuera à l’intégration des citoyens d’origine turque». Au contraire, cette démarche injuste et illégale est susceptible de créer un effet diviseur entre les Turcs et les Allemands.  

Le partage, dans l’amitié et la coopération, d’un avenir commun de deux nations qui ont vécu en paix pendant des siècles et aujourd’hui de deux États voisins, est possible avec une considération de l’histoire dans une perspective de mémoire juste. La Grande Assemblée Nationale de Turquie a en effet suivi cette approche avec une déclaration adoptée à l’unanimité en 2005 et a soutenu l’éclaircissement de tous les aspects de ces souffrances humaines par l’intermédiaire d’une Commission Mixte d’Historiens qui travaillera sur des bases scientifiques et qui sera accessible à tous, pour que les événements du passé puissent être examinés librement et qu’un compromis puisse être trouvé. Si l’assemblée parlementaire de la République fédérale d'Allemagne est sincère au sujet de servir à l’amélioration des relations turco-arméniennes, elle doit savoir que ce projet de résolution en question ne servira qu’à léguer aux générations futures des préjugés ainsi que des sentiments de haine et de vengeance. Nous attendons de l’assemblée fédérale d’assumer sa «responsabilité historique» en appuyant l’éclaircissement des réalités historiques et non en falsifiant l’histoire et en approfondissant les distinctions.   

En dernier lieu, la non adoption par l’assemblée fédérale d’un tel projet de résolution qui nous pousse à l’inquiétude quant à la dégradation des relations d’amitié et d’alliance entre la Turquie et l’Allemagne, sera l’indicateur le plus important de la prédominance du bon sens.  

 



SUR LE MEME SUJET