La Turquie réagit aux propos du Haut Commissaire de l'ONU aux Droits de l’Homme

"Le Gouvernement turc n'a pas répondu favorablement aux demandes de mon bureau et d’autres agences des Nations Unies pour se rendre dans la région et recueillir des informations de première main", avait déclaré le UNHCR

488833
La Turquie réagit aux propos du Haut Commissaire de l'ONU aux Droits de l’Homme

"Il est impossible d’accepter les propos du Haut Commissaire des Nations Unis aux Droits de l’Homme, Zeid Ra’ad al-Hussein, concernant le refus par la Turquie, de permettre l’accès des équipes du HCR, dans la région du sud-est de notre pays", a déclaré le porte-parole du ministère turc des Affaires étrangères, Tanju Bilgic.

Bilgic a indiqué que les opérations sécuritaires menées dans la région du sud-est de la Turquie contre les organisations terroristes telles que le PKK, Daesh et le DHKP-C ont pour objectif de préserver «le droit à la vie» des citoyens et d’assurer la sécurité publique. 

Le porte-parole a précisé: "La Turquie montre un soin tout particulier à assurer l’équilibre entre la liberté et la sécurité lors des opérations sécuritaires."

"Dans la lutte contre le terrorisme, toutes les mesures sont prises dans un cadre légal", a-t-il ajouté.

"Il est impossible d’accepter les propos du Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Zeid Ra’ad al-Hussein, concernant le refus par la Turquie, de permettre l’accès des équipes de l'ONU, dans la région du sud-est de notre pays", a-t-il dit. 

"Notre région du sud-est est ouverte aux institutions internationales qui exercent dans le domaine des droits de l’Homme. Dernièrement, en mars 2016, le Groupe de travail de l'ONU sur les disparitions forcées ou involontaires, et en avril dernier, le Commissaire pour les droits de l’Homme du Conseil de l’Europe, Nils Muižnieks, ont visité la région", a-t-il rappelé.

Indiquant que les déclarations d'al-Hussein ne reflètent pas l’esprit de coopération entre la Turquie et l'ONU dans le domaine des droits de l’Homme, Bilgic a estimé que «les déclarations du Haut Commissaire doivent être dues à un manque d’informations et à l’influence des milieux ayant des préjugés."

"S'il le désire, nous aurons le plaisir d’accueillir Monsieur Zeid [al-Hussein] dans notre pays et lui faire visiter la région du sud-est", a-t-il ajouté.

Dans une déclaration écrite publiée, mardi, sur le site officiel du HCR, Zeid Ra’ad al Hussein avait indiqué: "Le Gouvernement turc n'a pas répondu favorablement aux demandes de mon bureau et d’autres agences des Nations Unies pour se rendre dans la région et recueillir des informations de première main." 

AA



SUR LE MEME SUJET